9 mai : Journée de l’Europe

9 mai : Journée de l’Europe

La bonne intention et le nouvel engagement ne manquent pas

C’est le jour qui marque le début du processus d’intégration européenne car, le 9 mai 1950, Robert Schuman présenta le plan de coopération économique que l’on évoque comme la ‘Déclaration Schuman’. C’est aussi le jour qui marque, de facto, la fin de la seconde guerre mondiale, le lendemain de la signature de la capitulation nazie. D’autre part, toujours le 9 mai, il y la commémoration de la Journée de la Victoire de l’Union soviétique en 1945, de sorte que de nombreux pays d’Europe centrale et orientale sont devenus des pays satellites de Moscou.

C’est l’histoire d’un tronçon de terre, c’est l’histoire d’un bout d’humanité. Est-ce un jour de fête ? Oui et non. Mais en tout état de cause, c’est un jour historique, c’est un jour européen.

Dans les Pays membres de l’Union Européenne, ce jour-ci, les sièges des Institutions ouvrent leurs portes pour faire en sorte que le public ait l’occasion de mieux connaître cette grande “entreprise” contestée qui a, comme devise depuis l’année 2000 ‘Unie dans la diversité’. “Cette devise – pouvons-nous lire sur le site de l’UE – caractérise la manière dont les Européens se sont rassemblés, en créant l’Union européenne, pour œuvrer en faveur de la paix et de la prospérité, s’enrichissant ainsi des diverses cultures, traditions et langues du continent.” De nos jours, cette devise semble plus un défi qu’une expérience convaincante, même si la déclaration conjointe  des chefs d’état et du gouvernement, signée à l’occasion du 60ème des Traités de Rome, est encourageante : la bonne intention et le nouvel engagement ne manquent pas.

Nous, chrétiens d’Églises diverses, qui, par l’intermédiaire de nos charismes, travaillons dans nos Mouvements et nos Communautés pour une Europe plus fraternelle et plus unie, nous nous sentons concernés en ce jour européen. Tout d’abord parce que, dans le chemin d’Ensemble pour l’Europe, nous avons expérimenté que l’unité de la diversité est possible, mais elle a un secret : le socle commun que nous sommes tous des fils de Dieu, des frères parmi nous. Tout effort pour construire des rapports d’amitié et de fraternité dans nos petites et grandes communautés est précieux. C’est uniquement sur cette base que nos diversités deviendront un véritable don et une véritable richesse réciproque. Et ce qui fonctionne en petit peut s’étendre, dans l’espoir  que ce soit pour le bien d’un grand nombre de personnes.

Ilona Toth

 

Print Friendly, PDF & Email

Leave a Reply