Dialogue entre personnes différentes

Dialogue entre personnes différentes

Voici un stimulant, un enrichissement pour ceux d’entre nous qui, le 9 mai, le « Journée de l’Ensemble pour l’Europe« , souhaitent ouvrir une table ronde pour dialoguer entre des personnes « différentes », tels que de l’Est et de l’Ouest, du Sud et du Nord, membres de diverses Eglises, croyants ou non, locaux ou réfugiés …

La composition diversifiée de l’Europe

Pour bien comprendre la situation européenne, il est utile de tenir compte de sa réalité géopolitique et culturelle.

L’Europe occidentale est principalement un concept socio-politique et identifie en particulier les pays européens du « premier monde », résultat d’un parcours politique, économique et culturel pluriséculaire, différent de celui de l’Europe de l’Est. Aujourd’hui, l’appellation Europe de l’Ouest est aussi communément associée à la démocratie libérale, au capitalisme et aussi à l’Union Européenne, malgré l’élargissement de celle-ci aux pays de l’Est. La plupart des pays de cette région partagent la culture occidentale qui semble aujourd’hui en crise. On note aussi des différences et des tensions à l’intérieur de l’Occident, par exemple entre le nord et le sud. Ou bien, on peut penser à l’Église d’Angleterre qui, après le Brexit, ne voudra sûrement pas lâcher l’Europe, mais plutôt intensifier ses relations œcuméniques.

L’Europe de l’Est est plutôt un concept géographique, une terre articulée en son sein par des traditions et des problématiques différentes. On peut distinguer culturellement, grosso modo, l’Europe Centrale, les Balkans et les pays de l’ex-Union Soviétique, et d’un point de vue religieux, le monde catholico-protestant et celui de l’orthodoxie, avec des conséquences sur la façon de penser et d’agir. Leur dénominateur commun est la condition du post-communisme avec les tourments sociaux et politiques d’un difficile chemin de démocratisation. Avec l’élargissement de l’Union Européenne à quelques pays de l’Est, il se produit chez les nouveaux États membres une adaptation assez rapide au système occidental économique et juridique, tandis que l’approche culturelle est plus lente.

Construire d’abord une culture de la rencontre

Pour parvenir à un dialogue fructueux entre l’Est et l’Ouest, il faut procéder graduellement sans affronter les problèmes de front. Selon le chemin d’Ensemble pour l’Europe, condensé en 18 années d’expérience et exprimé fortement lors de la grande rencontre de Munich 2016, il est nécessaire de sortir d’une attitude de critique et de défense et de promouvoir une culture de la rencontre, de connaissance réciproque et de réconciliation.

Ces derniers siècles, l’Est a regardé l’Ouest comme un modèle culturel et politique et il a développé une compréhension de ce qui se passe dans les pays occidentaux, alors que les habitants des pays de l’Est doivent souvent constater douloureusement le manque total de connaissances de la part des Occidentaux, avec les incompréhensions qui en découlent. Sans la reconnaissance des valeurs de l’Est de la part de l’Occident, il est impossible de parvenir à l’égalité et à la réciprocité. Cela demande donc humilité, confiance, connaissance et accueil réciproque.

Par conséquent, je pense que notre premier pas devrait être de promouvoir une culture de la rencontre, de créer une plate-forme, une « maison », pour pouvoir dialoguer. Dans cette phase, on pourrait aussi réfléchir sur nos diverses traditions culturelles et nos différentes façons de raisonner, pour nous préparer à un dialogue constructif.

Extrait du discours de Pál Tóth « Culture de la rencontre et du dialogue entre l’Orient et l’Occident en Europe », Rencontre des « Amis » d' »Ensemble pour l’Europe » – Vienne, 10 novembre 2017

Le discours complet peut être téléchargé >

Print Friendly, PDF & Email

Leave a Reply