La joie de s’engager ENSEMBLE

La joie de s’engager ENSEMBLE

Pour continuer à partager avec tous les nouvelles qui nous parviennent des « Amis », voici deux flashes.

Les Amis de Hongrie nous informent du travail capillaire qu’accomplissent ensemble plusieurs associations en faveur des réfugiés (Association des Sœurs Sociales, Mouvement des Focolari, groupe des Jésuites, Sant’Egidio, etc.). Concrètement, elles pourvoient aux premières nécessités, nourriture, vêtements, facilitent les démarches pour le permis de séjour, aident à l’apprentissage de la langue, recherchent un logement ou un travail. Au-delà de ces actions, le témoignage de leur collaboration apporte un peu de réconfort à des situations d’immenses souffrances et redonne courage à ceux qui ont perdu espoir au point d’être tentés par le suicide. L’amour fait découvrir des contacts avec d’autres du même âge (pour les jeunes) ou avec des compatriotes, pour faciliter l’insertion. Avec une attention respectueuse pour les diverses croyances, les bénévoles essayent d’emmener les chrétiens à des célébrations eucharistiques où l’on parle la langue de leur pays d’origine. On vit aussi la réciprocité : tous ont quelque chose à donner. Par exemple, quelques groupes d’immigrés arrivés depuis plus longtemps aident les nouveaux réfugiés. Et lorsque quelqu’un part dans un autre lieu, les associations s’arrangent pour garder des liens.

Marija Belošević, vice-présidente de l’IKUE (Union internationale catholique espérantiste) nous informe qu’elle a fait un gros travail de sensibilisation et d’information sur l’événement de Munich 2016 au moyen de leurs revues, du programme en esperanto de Radio Vatican, de leurs bulletins et de leur page Facebook. De plus, l’IKUE a amplement diffusé, toujours en esperanto, les textes des messages vidéo du pape François et du patriarche Bartholomée, ainsi que le message de conclusion de la Manifestation. Avec persévérance, ils ont parlé de l’événement lors de divers congrès, deux qui se sont déroulés mi et fin juillet à Nitra en Slovaquie, à Vranov, près de Brno en République Tchèque en septembre, et en Croatie à diverses reprises.

De plus, en novembre, à Pazin, en Istrie, une cinquantaine de personnes appartenant à une dizaine d’associations se sont réunies pour voir comment donner une suite à Munich 2016. D’autres rencontres sont programmées à Zagreb.

 

Print Friendly, PDF & Email

Leave a Reply