Author Archives: ivanturatti

En direct de Munich – 2er jour

Maria Voce, présidente des Focolari a ouvert la deuxième journée du Congrès : « L’Europe traverse la nuit de ses principes, la nuit de son rôle dans le monde, la nuit de ses rêves. […] Ensemble pour l’Europe nous semble vraiment être le sujet en mesure d’inspirer des personnes, seules ou associées, dans leur engagement pour une Europe libre, réconciliée, démocratique, solidaire et fraternelle, et qui peut être un don pour le reste de l’humanité ».

Steffen Kern, de la Fédération évangélique (Wuerttemberg) : « Où plaçons-nous notre espérance, nous les chrétiens ? Nous devons prendre sur nous les souffrances et les nuits de nos villes. A Stuttgart est née la Maison de l’Espoir qui accueille des femmes et personnes seules. Nous voulons témoigner par notre engagement que Dieu n’abandonne personne ». Thomas Römer (CVJM Munich) affirme que la force de notre continent est le Christ et son Évangile. « Jésus est aussi dans les tempêtes, il faut avoir foi. Il est monté sur la barque pour nous sauver ».

L’après-midi, Ensemble pour l’Europe a ouvert ses propres lieux de dialogue, confrontation et projets.

La table ronde « Chrétiens et musulmans en dialogue » a fait ressortir la nécessité de se connaître, se rencontrer et travailler ensemble autour des défis sociaux et culturels. Pasquale Ferrara, nouvel ambassadeur italien à Alger, a souligné que ce ne sont ni les cultures ni les religions qui font le dialogue, mais les personnes. Il faut tremper dans le concret et les réalités. L’imam Baztami a invité à rencontrer et connaître l’autre. De nombreuses idées et projets ont émergé du débat entre la philosophe des religions Beate Beckmann-Zoeller, Thomas Amberg de l’Église évangélique, et Mgr Dubost, évêque français. « Le remède à la division entre chrétiens et musulmans est l’altérité, reconnaître l’autre comme frère » a affirmé Gérard Testard, d’Efesia (France).

A la table ronde « Pistes ou un développement durable en Europe », le cardinal Turkson, l’ingénieur environnemental Daniele Renzi, Hans-Hermann Böhm et d’autres experts ont encouragé à suivre l’invitation du pape François à un débat sérieux et ouvert sur les changements climatiques et les défis écologiques. « Sciences et religion devraient dialoguer – a affirmé le cardinal – pour apporter une contribution commune à la société ».

« Martyre, le difficile témoignage des chrétiens de notre temps » : à cette autre table ronde et en se référant à la situation actuelle, Michael Brand, membre du Bundestag, a rappelé cette phrase de saint Boniface : « Nous ne voulons pas rester muets comme des chiens ». Il continue : « Je pense personnellement que si la menace du terrorisme arrive de l’extérieur, à l’intérieur de nos frontières nous sommes attaqués par un sécularisme agressif. Je crains moins l’islamisation de l’Europe que la diminution de la foi chrétienne ».

En direct de Munich – 1er jour

Rencontre, réconciliation, avenir. Ce sont les maîtres mots de la quatrième édition de la rencontre internationale Ensemble pour l’Europe. Depuis 1999, 300 Mouvements et Communautés chrétiennes parcourent un chemin commun de réconciliation, de compréhension mutuelle et d’unité. Ici, à Munich, au Circus-Krone, 200 Mouvements sont présents et participent activement. Ils sont 1 700 membres, de 40 pays, réunis pour le Congrès des représentants des Mouvements, animés du désir de porter encore les valeurs chrétiennes dans les difficultés où se débat l’Europe.

Martin Wagner (YMCA Munich) a ouvert la rencontre : « Réconciliation sera notre mot-clef. Nous en avons besoin, nous voulons être des ambassadeurs de réconciliation : nous l’avons déjà expérimentée et là est notre avenir. Nous voulons partager, travailler ensemble pour l’unité et surtout contribuer, en tant que chrétiens, à soutenir les défis de l’Europe aujourd’hui ». Gerhard Pross (YMCA Esslingen) a salué ainsi les 1 700 participants : « Dieu veut que nous marchions ensemble vers l’unité ». Et le cardinal Walter Kasper : « 500 ans de division, c’est trop ! nous avons un engagement envers l’unité de l’Europe, sinon nous trahissons le Christ et, aujourd’hui, cette unité est d’autant plus importante que l’Europe est en danger ». L’évêque de l’Église évangélique Krause : « En 2007, nous avons signé le Manifeste pour une Europe unie et adhéré aux “7 OUI” : nous avions un rêve, nous avons prié Dieu et il nous a exaucés ». Sœur Lioba Ruprecht : « Nous devons construire la culture de l’alliance ». Hartmud Steeb, de l’Alliance évangélique : « Ce dialogue commun a commencé dans les années 90. Dieu lui-même a prié pour l’unité. Rencontre, espérance et avenir sont les mots qui vont nous accompagner ces jours-ci ».

L’après-midi, 19 forums ont rassemblé les participants autour des questions les plus brûlantes de notre continent : responsabilité sociale, intégration, économie, œcuménisme, défis pastoraux, les jeunes et l’Europe, mariage et famille, réconciliation, évangélisation, etc. Temps de partage d’expériences, d’idées et de projets, mais aussi d’un fort témoignage de foi. Dans le forum « Prix et valeur de l’unité », le cardinal Kasper a affirmé que la difficulté d’une authentique réconciliation constitue un des obstacles majeurs pour le mouvement œcuménique. Le pardon est nécessaire pour pouvoir poursuivre le chemin ensemble.

« La réconciliation est une tâche difficile – a ajouté Walter Kriechbaum, de l’YMCA de Munich – mais c’est par elle que nous guérirons et deviendrons porteurs d’unité ».

Entretien avec le patriarche Bartolomeo I

Entretien avec le patriarche Bartolomeo I

À l’occasion d’une rencontre œcuménique d’Evêques organisée par le Mouvement des Focolari, le 25 novembre 2015, le patriarche Bartolomeo -accompagné du Métropolite Elpidophoros Lambriniadis – a rencontré dans le monastère de Ayatriada sur l’île de Halki (proche de Constantinople) Maria Voce, Gerard Pross e Diego Goller du comité d’Orientation d’Ensemble pour l’Europe.

Dans l’entretien, qui a duré environ une demi-heure, il a voulu être informé de la préparation de l’événement de Munich 2016 en montrant tout son intérêt pour l’initiative et les sujets qui y seront abordé. Il ne pourra pas y participer personnellement étant engagé par le Saint-Synode Panorthodoxe qui aura lieu à Constantinople à la Pentecôte 2016. Comme signe de sa participation il enverra à Munich un de ses représentants et fera parvenir pour cette occasion un message vidéo pour les participants.

Le réseau œcuménique “Ensemble pour l’Europe“ appelle à la prière et à l’engagement pour la paix et pour l’amour du prochain

Le réseau œcuménique “Ensemble pour l’Europe“ appelle à la prière et à l’engagement pour la paix et pour l’amour du prochain

Du 12 au 14 novembre, 100 représentants et dirigeants du réseau „Ensemble pour l’Europe“ se sont rassemblés en Hollande. Ils publient ensemble la déclaration suivante comme réaction aux attentats terroristes à Paris.

“Avec horreur nous avons appris les attentats dramatiques survenus à Paris. Plus de 100 représentants de mouvements et communautés chrétiens de 13 pays européens et différentes confessions et Eglises, étaient rassemblés à Mariakroon aux Pays-Bas.

L’Europe est pour nous le continent, où des hommes de cultures et religions diverses sont bienvenus et doivent vivre ensemble en liberté et paix.

Nous avons interrompu nos travaux pour garder le silence et pour prier ensemble. Les évènements nous motivent à nous engager encore plus intensément pour les valeurs de l’Europe. C’est aussi notre foi chrétienne qui nous y appelle et nous y oblige.

Nous partageons la souffrance avec les familles des victimes et nous sommes solidaires avec les politiciens qui doivent prendre des décisions lourdes en ces jours-ci.

Nous vivons comme des amis en Europe et nous expérimentons en ces heures des liens profonds avec tous les français. Nous nous engageons à prier plus que jamais pour la paix, à la vivre et la diffuser là où nous sommes. Nous voulons vivre encore plus et plus profondément l’amour mutuel et agir avec toutes les forces issues de la confiance. Par un visage humain, et fidèle à ses valeurs, l’Europe continuera à espérer et partager un avenir commun.”

D’autres informations concernant le réseau : www.together4europe.org et pour la France :http://www.ensemblepourleurope.fr/

Rendez-vous avec l’évêque protestant July

Mi-octobre, quelques membres du groupe des responsables d’Ensemble pour l’Europe ont été reçus par l’évêque protestant July, vice-président de la Fédération luthérienne mondiale. La rencontre s’est déroulée dans une atmosphère particulièrement cordiale.

Le père Heinrich Walter (Schoenstatt), Diego Goller (Mouvement des Focolari), le pasteur Thomas Römer (YMCA Munich), Sœur Anna-Maria aus der Wiesche (Christusbruderschaft Selbitz) et Gerhard Pross (YMCA Esslingen) étaient très heureux de l’entretien ouvert et personnel qu’ils ont eu avec lui. Gerhard Pross le résume ainsi : « Nous avons pu aborder ensemble les questions qui concernent la réconciliation entre les Églises et les étapes sur le chemin de l’unité. Des rencontres telles que celle-ci sont des moments de lumière qui servent efficacement la préparation de notre Manifestation de juin-juillet prochain à Munich ».

La brochure “Ensemble pour l’Europe – Munich 2016” dans les mains du Pape François

La brochure “Ensemble pour l’Europe – Munich 2016” dans les mains du Pape François

P. Heinrich Walter raconte à propos de sa rencontre avec Pape François :

« Au cours de ces mois derniers, nous avions cherché comment faire en sorte qu’il nous soit possible de mieux faire connaître le réseau de Ensemble pour l’Europe à Pape François, tout en désirant qu’il nous donne, moyennant un enregistrement vidéo, une contribution pour la Manifestation publique du 2 juillet 2016 sur la « Karlsplatz » de Munich.

Quand il a été clairement précisé que, pendant l’audience privée du Pape pour le chapitre général de ma Communauté le 2 septembre, il aurait été possible d’échanger quelques mots avec lui, j’ai volontiers sauté sur l’occasion. Je venais de recevoir du secrétariat international de Ensemble pour l’Europe à Rocca di Papa la brochure en langue italienne – encore fraîchement imprimée.

Je savais que l’on ne devait pas profiter des audiences pour faire de la publicité, mais j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai expliqué, en espagnol, notre projet à Pape François ; je lui ai dit quelques mots sur le début de Ensemble et comment Dieu a opéré pendant ces 15 dernières années. Je lui ai présenté les Mouvements concernés, j’ai parlé du caractère œcuménique d’Ensemble et de notre désir qu’il apporte sa contribution vidéo pour la Manifestation. Le Pape a écouté avec beaucoup d’attention et, presque comme une confirmation, il a dit, avec un ton blagueur : « On veut le faire immédiatement ? » À la fin, j’ai encore pu parler avec son secrétaire, l’archevêque Gänswein, qui a confirmé que le réseau Ensemble pour l’Europe était connu et il a suggéré de répéter notre demande d’ici quelques mois par écrit. »

P. Heinrich Walter, Schönstatt-Bewegung

À Montevideo, une soirée d’informations sur Ensemble pour l’Europe

À Montevideo, une soirée d’informations sur Ensemble pour l’Europe

Le 7 septembre 2015, suite à l’invitation du CVJM / YMCA de Montevideo (Uruguay), a eu lieu une soirée de présentation d’Ensemble pour l’Europe. Des représentants de 10 Églises diverses et des membres du Mouvements des Focolari et du CVJM/YMCA ont répondu à l’invitation. Avec beaucoup de dynamisme et avec de nombreux exemples stimulants, Gerhard Pross – qui se trouvait en voyage dans le sud du continent américain – a informé les présents sur le chemin d’Ensemble. Ce sont les « 5 clés à l’unité » qui ont tout particulièrement suscité une attention spéciale et qui ont immédiatement fait démarrer une réflexion commune. Pendant le buffet qui a suivi le moment de rencontre, les participants ont eu la possibilité de partager leurs impressions. Quelques-uns des présents se sont demandé s’il ne serait pas possible de commencer l’expérience d’Ensemble pour l’Europe aussi en Amérique du Sud. La soirée avec Gerhard Pross a encouragé les participants à s’acheminer dans cette direction.

Gerhard Pross, YMCA

Prix européen de Saint-Ulrich 2014 attribué à Ensemble pour l’Europe

Prix européen de Saint-Ulrich 2014 attribué à Ensemble pour l’Europe

Conscients de l’histoire culturelle riche et millénaire de notre région souabe-bavaroise, la province et la ville de Dillingen sur le Danube ont institué la “Fondation européenne de S. Ulrich”.

La province et la ville de Dillngen sur le Danube, la patrie de S. Ulrich, désirent par cette Fondation renforcer l’unité européenne dans l’esprit chrétien.

À partir de 1993 – millénaire de la béatification de l’évêque S. Ulrich, grand personnage important pour l’Allemagne et pour l’Europe – le Prix européen S. Ulrich est remis régulièrement à des initiatives ou Institutions qui ont eu des mérites extraordinaires dans le cadre de l’unité européenne dans les domaines politique, ecclésial, scientifique, culturel, économique et social.

“Construire une Europe chrétienne” incombe à tous ceux qui, sur la base de l’héritage culturel et artistique et des valeurs fondamentales, veulent collaborer au futur de notre histoire. De grands témoins de la foi de notre patrie, comme l’évêque Ulrich, Albert le Grand, Margarete Ebner, Pietro Canisio, Johann Michael Sailer, Johann Ev.Wagner et Dominikus Ringeisen nous en ont donné des exemples illustres.

L’engagement du réseau international Ensemble pour l’Europe est guidé par la vision de l’unité dans la diversité réconciliée. Les Communautés et Mouvements chrétiens qui y adhèrent ne veulent pas niveler les identités confessionnelles ou nationales, mais, ensemble, ils s’engagent à garder et à promouvoir le trésor de l’héritage chrétien en Europe. Ils construisent des ponts en Europe en accomplissant des pas de réconciliation et en tressant des amitiés au-delà des frontières les plus variées. C’est ainsi qu’est né un courant d’espérance inspiré à l’Évangile qui implique des hommes et des femmes lesquels s’engagent pour notre société. En en reconnaissant les mérites extraordinaires, la Fondation européenne S. Ulrich remet le Prix Européen de S. Ulrich 2014 au réseau Ensemble pour l’Europe dont font partie 300 Communautés et mouvements chrétiens.

Leo Schrell Frank Kunz Dr. Konrad Zdarsa

À Planina (Slovénie) les Mouvements amis d’Ensemble pour l’Europe.

À Planina (Slovénie) les Mouvements amis d’Ensemble pour l’Europe.

Brefs extraits d’une lettre pour mettre à jour sur leur rencontre annuelle et pour promouvoir un Évènement européen en 2016, à Munich.

À Planina, en Slovénie, du 13 au 15 novembre 2014, 108 représentants de 41 Mouvements et Communautés, provenant de 14 Nations ont vécu une rencontre intense et constructive, lors de laquelle a été expérimentée une passion renouvelée de collaborer à un projet pour contribuer à la construction d’une Europe plus unie.

Thème principal de la rencontre, organiser un Évènement à Munich (Allemagne) du 30 juin au 2 juillet 2016, articulé en deux moments : le Congrès dans le Zirkus-Krone-Bau et la Manifestation en plein air, sur une grande place. Tous avons ressenti l’importance de nous engager dès maintenant, afin que le Manifestation soit le fruit de la vie dans les villes, avec une participation importante, en associant et en invitant beaucoup de personnes.

Le Focus principal de l’Évènement de Munich voudrait être un acte significatif de réconciliation, l’expression de cette forte soif vers l’unité : Ensemble pour l’Europe peut devenir protagoniste en ce sens en raison des nombreuses expériences en acte dans tout le Continent et en particulier entre personnes d’Églises diverses. Pour cela, l’Évènement de 2016 pourrait aussi représenter une étape dans le chemin vers 2017 (cinq centième anniversaire de la Réforme de Luther), en s’offrant comme signe prophétique d’une Europe réconciliée et unie.

Il Congrès

Il se déroulera du jeudi 30 juin au 1er juillet 2016 dans le Zirkus-Krone-Bau de Munich. 2.500 les places disponibles. Sont invités à participer les responsables des environ 300 Mouvements adhérant à Ensemble pour l’Europe.

Il Congrès veut être un moment privilégié pour renouveler entre nos Mouvements et Communautés l’élan à travailler pour une Europe plus concordantes et solidaires, en élaborant des projets à donner aux participants à la Manifestation sur la place, le 2 juillet.

Le Congrès prévoit un programme en plénière, avec environ 15 – 20 forums avec des dialogues entre Mouvements et Communautés sur des questions actuelles, et des tables rotondes, dans lesquelles seront traités quelques défis présents dans nos sociétés, avec l’apport d’“experts” du monde culturel, politique, social, sportif, artistique…

La manifestation

Elle aura lieu le 2 juillet 2016, sur une grande place au centre de Munich. Le projet est de se rencontrer le matin par groupes linguistiques, dans diverses Églises et Instituts voisins, pour ensuite converger tous vers la place à environ de 11h30. Là aura lieu le programme principal, avec de brefs discours, gestes symboliques, témoignages (90 minutes environ). Après la pause du déjeuner, on continuera sur la même place avec un “programme créatif” d’environ deux heures.

Forts de l’expérience de partage et collaboration vécu au milieu des tendances nationalistes et confessionnelles qui parcourent l’Europe, nous désirons offrir un exemple d’unité dans la multiplicité, en apportant surtout des témoignages de réconciliation, fruit de la vie quotidienne, dans nos communautés et avec les autres Mouvements dans les villes variées : expériences de “cultures réconciliées” pour construire le futur d’une façon responsable.

Nous voudrions sensibiliser dans le projet tous les Pays européens (du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest), les Églises présentes, les divers générations et avec cet objectif nous invitons chacun à ne laisser fuir aucune ”inspiration”, en faisant fructifier les idées et les connaissances personnelles de chacun.

Pour pouvoir développer et réaliser ces objectifs, il est indispensable que jusqu’en 2016 les rapports dans toutes les villes où Ensemble pour l’Europe est présente s’intensifient, en soutenant concrètement un parcours de réconciliation, accompagné d’un chemin de prière. Il est important de se proposer d’aller à Munich non pas pour recevoir, mais pour donner. En apportant chacun sa contribution, ce sera l’ensemble qui fera récupérer et mûrir la conscience européenne. Et, dans une réalité dynamique, avoir la dimension d’une Europe non pas repliée sur elle-même, mais ouverte aux autres.

Avec le désir de préparer tout l’Évènement ensemble, pour recevoir des informations, du matériel, etc., ou envoyer des propositions sur les formes et contenus de l’Évènement, s’adresser au Secrétariat international : admin@together4europe.org,

Puis ceux qui désirent contribuer aux frais d’organisation peuvent faire un virement sur le c/c bancaire de Ensemble pour l’Europe : Banca Prossima italy – titulaire PAMOM – IBAN IT37O0335901600100000113319 – SWIFT (pour virements de l’étranger) BCITITMX771. Objet: contribution pour Évènement Munich 2016.

Une brochure en plusieurs langues est en cours d’élaboration afin que nous puissions promouvoir une information vaste et globale et inviter les personnes, en vue d’une participation importante.

Des mises à jour et informations pratiques pour la participation à la Manifestation seront disponibles au fur et à mesure sur ce site.

À LOPPIANO : “VERS UNE ÉCONOMIE POUR LE BIEN COMMUN“

À LOPPIANO : “VERS UNE ÉCONOMIE POUR LE BIEN COMMUN“

À Loppiano – Incisa Val d’Arno (à proximité de Florence), du 6 au 8 mars dernier, a eu lieu le Congrès, qui avait été annoncé, des Mouvements chrétiens de “Ensemble pour l’Europe” pour contribuer à donner une âme aussi à l’Europe des marchés et de l’économie. Pour les environ 100 participants, provenant de Pays divers de l’Europe, cela a été une occasion de partager leurs expériences et leurs visions, dans le but de contribuer à une voix prophétique d’espérance. Parmi des chefs d’entreprises, des étudiants, des universitaires, de 10-12 communautés diverses, les principaux partisans de l’initiative ont été des membres du Mouvement des Focolari, de l’YMCA de Munich, de la communauté de Vineyard à Bruxelles, du Mouvement Schönstatt en Suisse, de la Communauté Pape Jean XXIII, de la Communauté Nomadelfia, en Toscane.

L’Europe continue à lutter avec une incertitude économique qui constitue des défis énormes pour les entreprises, les responsables de la politique économique et pour les citoyens. «Jusqu’à présent, en Europe, n’a parlé que la voix des institutions – affirme le prof. Luigino Bruni –. Notre rêve est que, dans les ministères de l’économie, il y ait des franciscains, des focolari, des personnes qui ont choisi les derniers … La voix de la gratuité est nécessaire. Au cours des dernières décennies, ces voix se sont tues. Une économie sans âme, sans charismes capables de comprendre également les pauvres, est sans lendemain. Les mouvements chrétiens, qu’ont-ils à dire du point de vue économique ?» Lors de la Conférence, il a été question de tenter de contribuer en partant du bas, de la solidarité, pour que tous puissent s’exprimer, les pauvres, les exclus. L’idée a été : donner une perspective sur l’Europe en partant de l’économie en tant que réciprocité et en tant que don et non pas seulement en tant qu’intérêt et profit. L’Économie qui naît des coopératives, du social, du civil.

Le programme était structuré en parties théoriques (contributions sur les motifs de la crise économique en Europe, sur les expériences variées et sur les élans d’une “économie charismatique“ et sur la “pédagogie de l’idéal“ pour les chefs d’entreprises selon le père Kentenich du Mouvement Schönstatt) et des contributions sur la pratique (faits vécus d’une ‘“économie du partage“, de l’économie de communion, offerts par des mouvements variés). Les soirées étaient consacrées à la prière et à la louange de Dieu. Au cours de la dernière soirée, un concert du groupe international Gen Verde.

Un après-midi, environ 100 jeunes qui, justement à Loppiano, participaient, au nombre d’un millier, à un Congrès différent, se sont insérés dans ce Congrès.

ls ont contribué avec leurs expériences : à côté de leur déception pour les conditions actuelles des jeunes dans le monde du travail, ils essaient de garder au premier rang leurs ‘idéaux, avec leur engagement personnel, en allant ‘contre-courant’ dans le domaine de la consommation et en vivant des petits modèles de durabilité

Est apparue chez tous la conscientisation que, pour renouveler l’économie contemporaine et pour éviter les “effets pervers” sur la vie des personnes et de l’environnement, il est nécessaire de transformer en action économique et en structures économiques les valeurs chrétiennes, sans transiger. On a senti, tout particulièrement chez les chefs d’entreprise, un grand désir de créer des réseaux et des échanges, et de donner en même temps un témoignage plus fort et plus efficace dans le monde. Nous sommes repartis avec un engagement renouvelé d’approfondir dans notre Communauté les inputs reçus et partager les initiatives avec les autres Mouvements. Un membre du Congrès en arrivait à la conclusion : “Si nous sommes capable d’ouvrir notre esprit et notre cœur, d’abattre des murs, de nous accueillir mutuellement et de créer des espaces de rencontre, alors nous pourrons donner un témoignage plus efficace de nos racines chrétiennes dans le monde”.

Toutes les vidéos des interventions du Congrès peuvent être visualisées sur le site : www.pololionellobonfanti.it/insieme-per-il-bene-comune/

Prix Fondation S. Ulrich

Prix Fondation S. Ulrich

“Ils construisent des ponts en Europe avec des pas de réconciliation et en tressant des amitiés au-delà des frontières. Il en est né un courant d’espérance inspiré à l’Évangile…”

Voilà la motivation du Prix Européen S. Ulrich, reçu par la Comité d’Orientation d’Ensemble pour l’Europe le 3 mai à Dillingen, une ville historique de la Bavière (Alle-magne). Lors de la lecture, un fleuve d’applaudissements récom-pense la culture de la communion.

Le prix est remis à sept membres du Comité, certains de la ‘première heure’ étaient eux aussi présents, face à un public de 600 personnes.

Sur le parvis, les lauréats et les représentants de 50 Mouvements et Communautés sont accueillis par les autorités civiles et religieuses: le maire Kunz, l’évêque catholique Zdarsa de Augsbourg et l’évêque régional évangélique Grabow. Un groupe musical de jeunes souhaite la bienvenue, et chants et musique de haute qualité accompagnent la cérémonie.
Pour la première fois, la remise du prix a lieu dans la Basilique pendant une liturgie œcuménique.

C’est la dixième édition ; parmi les lauréats précédents : Lec Walesa, Helmuth Kohl, Andrea Riccardi et d’autres noms de haut rang.

En présence de personnalités de la politique, économie, culture et vie publique de la région, la laudatio est tenue par le brésilien card. João Braz de Aviz, préfet de la Congré-gation pour les Instituts de la vie consacrée, venu de Rome : «Je constate avec gratitude le témoignage œcuménique du chemin de Ensemble pour l’Europe. En lui s’ouvrent des lieux de plus en plus nouveaux dans lesquels il est possible de se rencontrer fraternellement en engendrant l’amour réciproque ente les Églises et en apprenant ainsi de nouvelles approches à ce qui nous sépare encore».

Le président de la Fondation, Landrat Leo Schrell: «La variété impressionnante des mouvements concernés prouve que l’intuition de Ensemble pour l’Europe est soutenu par des personnes d’Églises et de provenances variées qui ont un seul objectif : contribuer à l’unité européenne”. Selon Schrell ce chemin «est capable d’indiquer une voie vers le futur».

Gerhard Pross remercie au nom du Comité d’Orientation, et affirme: «Dans les mouvements chrétiens, l’unité européenne et l’unité spirituelle sont vivantes : cette unité pourrait être un modèle pour la maison européenne comme pour l’unique Église du Christ». Il précise que les dix mille Euros du Prix seront destinés à des jeunes et à des Mouvements des Pays de l’Est, en chemin pour l’Ensemble.

Et la gratitude envers les pion-niers de l’Ensemble pour l’Europe, tout particulièrement envers Chiara Lubich et Helmut Nicklas, ne manque pas.

Voir aussi: Galerie de photos et téléchargements en allemand

Après la photo de groupe sur les marches de la ‘Maison de la ville’, l’événement se termine par les signatures dans le livre d’or et un vin d’honneur soigné et cordial. Des interviews faites à journaux, radio et Tv régionaux informent les médias. Des titres variés soulignent l’engagement de sauvegarder et de promouvoir le trésor de l’héritage chrétien en Europe, comme S. Ulrich l’exprima. Le 2 mai, dans le Centre Œcuménique d’Ottmaring, le Comité d’Orientation s’est rencontré en vue des prochains rendez-vous. L’objectif a été fixé sur 2016 afin de réaliser un congrès suivi d’une ma-nifestation, dans une ville de l’Allemagne entre avril et juin 2016 (date à définir). Cet événement est important en vue de 2017, année où a lieu le cinqcentième anniversaire de la Réforme en Allemagne.

Des propositions et initiatives, accueillies avec attention, sont arrivées de villes variées. Un climat de collaboration et de joie a permis de faire démarrer, à l’unanimité, les préparatifs.

Gabri Fallacara e Severin Schmid

Würzburg et Ischia, 7/12/2013

Ils nous écrivent d’Allemagne (Würzburg)

« Une journée très spéciale dans notre Ensemble” – c’est ainsi que les responsables de Mouvements et Communautés d’Églises variées d’Allemagne résument la rencontre du 7 décembre 2013 à Würzburg. Ils étaient 120 engagés dans l’Ensemble pour l’Europe qui s’étaient donné rendez-vous pour réfléchir sur l’année passée et sur le prochain pas à faire.

Nous rapportons ce que Gerhard Pross, modérateur de ‘Rencontre des Responsables’ écrit : “La journée a commencé par une réflexion sur une pensée de Chiara Lubich qui nous appelle à l’Ensemble.

Un riche échange d’expériences a suivi : collaboration entre Mouvements et Communautés dans diverses villes d’Allemagne, comme par exemple les ‘Oasis de paix et de prière’, qui ont été formées à Stuttgart.

Le Président de la Conférence épiscopale allemande, l’archevêque Robert Zollitsch, est venu en visite, participer à la rencontre. Il voit dans l’Ensemble une initiative qui unit les Églises, un témoignage important et un signe d’encouragement. Il a parlé notamment en vue de 2017, l’année du 500e anniversaire du début de la Réforme luthérienne.

Il a souhaité que cet anniversaire puisse devenir une occasion de rencontre et de nouvelle compréhension. Dans le dialogue, différents aspects ont été soulignés.

Le pacte de l’amour réciproque, avec lequel le réseau de l’Ensemble pour l’Europe est né, a été mis en évidence. Il n’est pas suffisant de se connaître. Une vraie collaboration fraternelle est nécessaire, une collaboration qui soit un exemple pour les peuples européens.

« Pour moi, cela a été un moment historique, quelqu’un ouvre tout grand ses bras”, a commenté un responsable. Et un autre a souhaité à l’archevêque Zollitsch de continuer cette voie avec courage : « Le peuple est avec vous ! »

Pendant la réunion, on a relaté la rencontre des ‘Amis d’Ensemble pour l’Europe’ de novembre dernier à Paris. Ensemble ne rassemble pas seulement des Mouvements d’Églises variées, mais également des membres appartenant à presque tous les peuples européens. Il en est ressorti le sens d’une responsabilité pour une contribution culturelle, sociale et politique.

Gerhard écrit encore : “Avec le comité allemand, nous avons préparé la journée du 7 décembre avec une prière d’’écoute’. Après être parvenu à mettre de côté toutes nos considérations et avoir cherché à L’écouter, Lui, nous nous sommes sentis encouragés. Quelqu’un a dit : « Ici, il y a le Ressuscité au milieu de nous, n’ayez pas peur ! ».

Nous sommes repartis pleins de joie, de courage et d’espérance.

Nous avons reçu une grâce particulière au cours de cette rencontre et nous avons la certitude que l‘Ensemble pour-suit son chemin. Intuitivement, nous avons pu comprendre quelque chose de la ‘partition écrite au ciel’.

Nouvelles d’Ischia (Italie), 7 sept. 2013

Le défilé pour la paix.. « Le 7 septembre 2013 – écrivent Rita et Giulio Seller – à l’occasion de la Journée mondiale de la prière pour la paix, le Comité ‘Ischia pour l’Europe’’ s’est mobilisé pour une grande manifestation pour la paix : un défilé avec chants et retraite aux flambeaux. En signe d’adhésion, les magasins ont baissé lumières et sons. La marche s’est terminée dans la pinède avec des interventions variées : poésies et prières sur la paix de luthériens et de catholiques, entrecoupées de morceaux de musique d’artistes de l’île. L’évêque catholique s’est rendu présent par un message vidéo.

Nombreux sont ceux qui ont laissé impressions et réflexions, exprimant leur gratitude pour l’événement ».

Gabriella Fallacara e Severin Schmid

Acer Movement: a rich encounter

Acer Movement: a rich encounter

Dans le cadre de la rencontre annuelle des “Amis d’Ensemble pour l’Europe” à Paris, des représentants des Focolari visitent le siège du Mouvement orthodoxe Acer-Mjo. Confiance spirituelle, profondeur de l’échange, découverte d’une amitié réelle dans le Christ en tant que semence d’une conscience européenne chrétienne ; voilà seulement quelques-uns des fruits de la visite que des représentants des Focolari ont rendue le 6 novembre au siège du Mouvement Acer-Mjo (Action Chrétienne des Étudiants Russes – Mouvement de Jeunesse Orthodoxe) à Paris.

Dans le cadre de la rencontre annuelle des “Amis d’Ensemble pour l’Europe”, qui a eu lieu les 7-9 Novembre dans la capitale française, Gabri Fallacara, Severin Schmid et Maria Wienken ont été accueillis au nom des Focolari, par Cyrille Sollogoub, le Président de l’association orthodoxe.

Le Mouvement Acer est né en 1923 grâce à quelques russes expulsés de leur pays pendant les années tourmentées de la Révolution. Elle compte parmi ses fondateurs, des personnalités importantes comme le père Sergio Boulgakov, le père Giorgio Florovsky et Nicolas Berdiaev. Le Président, accompagné de son frère Igos, chargé du groupe des jeunes, a conduit ses invités dans l’Église-chapelle, arrangée dans la cour d’un ancien dépôt, couvert de vitres. Là, des prêtres et des théologiens orthodoxes comme Florovsky, Boulgakov et aussi Alexander Men ont célébré la Divine Liturgie. “L’icône qui exprime le mieux le charisme du Mouvement Acer – explique Cyrille Sollogoub – est la présentation de Marie au Temple : elle contient Jésus et, ainsi, elle contient l’Église. Pendant qu’en Russie, les Églises étaient détruites et que les émigrés russes n’avaient pas les moyens d’en construire d’autres, une nouvelle compréhension sur ce qu’est l’Église est née : non pas construite avec des briques mais avec des personnes vivantes, porteuses du Christ et de son Église”. C’est donc l’intention de sensibiliser les laïcs à “être Église” qui est à l’origine de la naissance du Mouvement Acer et qui fut approuvé par le Patriarche de la Russie, Tikon, qui fut ensuite assassiné, et qui dépend juridiquement du Patriarche de Constantinople. Pendant le régime – rappelle encore le Président – l’une des tâches de l’Acer était d’imprimer la Bible, littérature spirituelle et culturelle, et de faire en sorte qu’elle arrive en Russie ; en outre, nous soutenions les familles des dissidents et d’autres indigents”. L’imprimerie est encore une activité importante. Le groupe des jeunes, très vivant, comprend 200 adolescents. Malgré la difficulté des distances, sont organisés, pour eux, des camps d’été à la montagne, en tant qu’opportunité de se reévangéliser ; de cette façon, leur sens de la foi et de l’appartenance à l’Église croît. Après avoir été formés, les jeunes s’orientent à l’engagement dans leur paroisse. Cette belle occasion de rencontre et de connaissance réciproque laisse dans le cœur de tous la gratitude à Dieu qui permet qu’on se rencontre sur les chemins d’aujourd’hui avec des yeux pleins d’espérance, ouverts à un futur de communion.

À Paris, les  “Amis d’Ensemble pour l’Euope”

À Paris, les “Amis d’Ensemble pour l’Euope”

Les “Amis d’Ensemble pour l’Europe” se sont retrouvés, du 7 au 9 novembre, à Paris pour leur rendez-vous annuel. 125 responsables de 46 Mouvements et Communautés d’Églises diverses et 13 Pays européens – de la Russie au Portugal, de la Danemark à la Slovénie – étaient présents à la rencontre, dans le cadre historique de Montmartre. Le thème choisi : le “Oui” aux pauvres et aux marginaux – exprimé dans le message de Stuttgart 2007.

Les nombreuses contributions ont permis de découvrir combien les Communautés et les Mouvements sont liés à l’engagement envers les plus nécessiteux, et avec eux. Il ne s’agit pas uniquement d’actes de solidarité, mais d’amitié et de fraternitéUne heure intense fut celle avec Jean Vanier, le fondateur de la Communauté de l’Arche. Faisant don de son expérience, il commence par ces mots : « Jésus dit : “Le royaume de Dieu est comme un repas de noce” – mais tout le monde est trop occupé – alors le roi qui avait appelé les invités envoie ses serviteurs chercher les estropiés et les boiteux le long des haies et au croisement des rues – c’est ce que j’ai essayé de vivre dans ma vie ». Jean Vanier se consacre tout particulièrement aux personnes avec un handicap mental, «le peuple le plus oppressé». «Ils m’ont changé, j’ai vu que le Royaume de Dieu est à eux». Aujourd’hui, les communautés, œcuméniques et interreligieuses, dans lesquelles «les fragiles et les forts» vivent ensemble, sont 140.

Les prières des catholiques et des évangéliques, qui ont ouvert les travaux les deux premiers jours, ont été suivies de la prière des russes orthodoxes accompagnée du chœur.

Lors de ces journées d’échanges, pleines de vie, sur les chemins parcourus jusqu’à maintenant par Ensemble pour l’Europe, avec les grands événements de Stuttgart 2004, 2007 et Bruxelles 2012, nous nous demandons quelle est le premier pas à faire. En rappelant l’expression de Chiara Lubich «la partition est écrite dans le ciel», nous percevons dans l’écoute réciproque que l’expérience la plus précieuse de ce chemin ensemble est la communion profonde qui s’est créée entre les Mouvements d’Églises diverses. Et c’est justement ce «témoignage commun des chrétiens», qui a mené à des initiatives dans le domaine politique et social, dont l’Europe a besoin aujourd’hui «afin que le monde croie».

Et, d’un commun accord, nous avons prévu de donner notre propre contribution en 2016, sous forme de congrès, qui se déroulera probablement dans une ville en Allemagne, pour rendre visible le chemin de communion parcouru jusqu’à aujourd’hui.

Il y a une atmosphère solennelle quand nous confions à Dieu, dans la prière, notre nouvelle étape et nous renouvelons l’engagement d’amour réciproque.

En mai 2014, le Comité d’Orientation se retrouvera en Allemagne, à Dillingen, pour recevoir le prestigieux “Prix Européen S. Ulrich édition 2014”, conféré cette fois à “Ensemble pour l’Europe”.

À Paris, nous avons aussi vécu la “culture de se visiter” : nous nous rendons à la Chapelle de la station de métro de Montmartre, confiée à la Communauté de Sant’Egidio, pour prier ensemble et connaître leur activité au cœur de Paris.

Et, même avant que cette rencontre ait lieu, certains sont allés connaître la Communauté Emmanuel, fondée par Pierre Goursat e Martine Laffitte-Catta, et certains le siège Acer-Mjo (Action chrétienne étudiants russes – Mouvement de Jeunesse Orthodoxe)

Gabri Fallacara

La culture de la rencontre crée la communion

La culture de la rencontre crée la communion

Après la troisième manifestation internationale d’Ensemble pour l’Europe à Bruxelles, en mai 2012, le Comité d’orientation tente de faire un bilan et réfléchit sur les prochains pas à faire.

Le Comité d’orientation d’Ensemble pour l’Europe, avec ses huit membres – appartenant aux l’Églises catholique, orthodoxe et évangélique – s’est retrouvé au siège romain de la communauté de Sant’Egidio, le 4 juin dernier. Objectif principal : se consulter sur les fruits de l’année passée et comprendre ensemble les prochaines étapes, en essayant de lire “la partition écrite dans le ciel” comme Chiara Lubich aimait dire.

Dans beaucoup des 152 villes qui étaient reliées le 12 mai 2012, une dynamique locale ou régionale de collaboration vitale entre les Mouvements et les Communautés d’Églises variées est éclose ou s’est développée. Puis, dans divers Pays, il existe un comité national d’Ensemble pour l’Europe qui est comme un réseau qui soutient cette communion.

Andrea Riccardi (le fondateur de la communauté de Sant’Egidio), souligne, en citant Pape François, notre responsabilité de continuer à sortir à découvert sans être autoréférentiels.

C’est la “culture de la rencontre” – confirme la présidente des Focolari Maria Voce, en se référant encore à Pape François -, “la culture de l’amitié et de l’ouverture à l’autre dont nous faisons l’expérience dans ce chemin de communion, et qui donne l’espérance à notre Continent et non seulement”. De retour d’un voyage en Allemagne, elle fait le récit des rencontres avec des personnalités variées qui voient dans Ensemble pour l’Europe un exemple capable d’unir les cœurs.

Gerhard Pross, de la Rencontre de responsables /Ymca, raconte comment, le 23 mai 2013, à l’Académie catholique de Stuttgart-Hohenheim, des représentants de l’Église évangélique en Allemagne, de l’Église catholique et d’autres Églises, se sont rencontrés, invités par quelques Mouvements et communautés unis dans le réseau d’Ensemble pour l’Europe. Le président de la EKD (Evangelischen Kirche in Deutschland) Nikolaus Schneider, l’archevêque Robert Zollitsch (le Président de la Conférence Épiscopale Allemande), l’évêque Gerhard Feige, l’évêque régional Heinrich Bedford-Strohm et le métropolite roumain orthodoxe Serafim ont, dans leurs interventions, encouragé à contribuer à un échange intense et ouvert sur les problèmes œcuméniques, qui sont particulièrement actuels pour le 50ème anniversaire du Concile Vatican II et en vue du 500ème anniversaire de la Réforme en 2017. Quelques éléments qui ont émergé sont : le retour au Christ en tant que centre commun ; la réélaboration commune de l’histoire au niveau régional et national ; donner des signes de réconciliation et être déterminés à prendre conscience des sensibilités de l’Église de l’autre.

Christophe D’Aloisio (Syndesmos) a présenté, dans une optique intéressante, l’actualité de certaines communautés orthodoxes en Europe.

L’ordre du jour serré de la rencontre du 4 juin prévoyait d’autres thèmes variés.

Se tourner vers les “périphéries existentielles”: voilà une des priorités.

Le matin du 5 juin, les responsables présents à Rome ont été reçus par le card. Stanislaw Rylko, le président du Conseil Pontifical pour les Laïcs, qui a encouragé les projets.