Category Archives: {:it}Monaco 2016{:}{:en}Munich 2016{:}{:de}München 2016{:}{:fr}Munich 2016{:}

Europe dans «l’âge de l’anxiété»

Europe dans «l’âge de l’anxiété»

Un engagement renouvelé et accru est nécessaire pour promouvoir une « culture de la confiance », confiance dans le Dieu  « séculaire », présent en ce monde.   

L’intervention de Herbert Lauenroth au le Congrès International de « Ensemble pour l’Europe, Munich 2016 » est encore aujourd’hui plus que jamais d’actualité. En voici le texte complet.

À l’heure actuelle sévient des angoisses et des questions obsédantes concernant le nouveau rapport qui est à équilibrer entre «liberté» individuelle et «sécurité» collective et la signification des frontières – dans le contexte d’une restructuration de la «société du risque» ou “ouverte” vers «la société de l’angoisse”.

Dans le livre de la Genèse, Dieu appelle Adam – dans un moment dramatique: «Où es-tu, Adam ?” – L’appel s’adresse à Adam, qui – dans la honte et l’angoisse – a pris refuge dans le sous-bois et se cache de la vue de Dieu, parce qu’il a pris conscience de sa nudité existentielle et de sa pauvreté. L’image correspond à notre situation actuelle en Europe : L’homme se barricade, il se retranche dans son désespoir. Poussés par l’angoisse et la honte, il reste prisonnier de soi-même, et il ne comprend pas que la libération de l’angoisse et de l’implication coupable ne réussira que s’il s’expose à l’appel de Dieu, à la vue des autres personnes, dans lesquelles Dieu le rencontre depuis toujours.

Donc, l’Europe se trouve dans ce sous-bois, dans ces implications d’angoisse et de honte par les propres limites et histoires de culpabilité. Ce sous-bois, c’est Idomeni, la frontière macédonienne, les barrières de fil de fer barbelé à la frontière serbo-hongroise, mais il représente aussi les exclusions variés de de notre société.
Si vous lisez maintenant le scénario biblique en vue de la transformation de l’Europe en «forteresse» – comme protection contre les réfugiés, l’image acquiert encore une autre lecture : Alors il se présente à nous la souveraine européenne : en tant que celle qui est effectivement sans demeure, sans abri, fugitive – qui est dans la fuite la plus fatale : celle devant soi-même.

L’Europe doit, donc, entendre l’appel de Dieu biblique à nouveau : comme une question de la destinée, de la mission et de la responsabilité pour soi-même et pour le monde: “Europe, où es-tu ?”

Cette image de l’étroitesse existentielle, de laquelle Dieu appelle à en sortir, trouve son pendant dans les visions d’un isolement cosmique de l’homme, dans un espace de monde indifférent, inhospitalier, que le philosophe et mathématicien Blaise Pascal a exprimé : «Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie ! “. Il s’agit d’un être effaré ou en proie, qui effraie l’homme isolé, abandonné à soi-même ; cela reflète le leitmotiv qui a été décrit comme “perte du centre” ou «sans-abrisme métaphysique». Cette peur de la perte de soi et du monde peut tout aussi bien ouvrir un nouvel espace expérientiel :

Le poète tchèque et président Vaclav Havel, en son temps, dans un bilan des révolutions pacifiques des années 1989-90 en Europe de l’est, a parlé de la peur comme «peur de la liberté” : “Nous étions comme des détenus qui étaient habitués à la prison, puis, libérés du coup dans cette liberté tant attendue, ils ne savaient pas comment traiter avec elle et ils étaient désespérés parce qu’ils devaient constamment prendre des décisions eux-mêmes et assumer la responsabilité pour leur propre vie.”

Il s’agit, selon Havel, d’affronter cette peur. Puis, dans cette vérité, elle peut devenir une bénédiction: “La peur de la propre incapacité peut éveiller en nous de nouvelles capacités : la peur que nous ne réussissons pas, peut être le meilleur moteur pour notre désir de réussir quand-même. La peur de la liberté peut être justement ce qui nous enseigne finalement à faire bon usage de notre liberté. Et la peur de l’avenir peut être justement ce qui nous oblige à tout faire pour que l’avenir sera meilleur.”

Le grand théologien protestant Paul Tillich identifie enfin la peur comme une expérience fondamentale de la connaissance dans l’existence humaine : “Le courage d’être”, dit Tillich, “est enracinée dans le Dieu qui apparaît lorsque Dieu dans l’angoisse du doute a disparu.” Cela signifie que seulement l’expérience de l’angoisse comme expérience de la perte d’un ancien image de Dieu qu’on a considéré comme déterminant et immuable et d’un ancien image de l’homme et du monde, libère, ce qu’appelle Tillich, le «courage d’être”. Le vraie Dieu – divin – apparaît, en quelque sorte, dans le coeur de l’angoisse, et lui seul provoque une libération ou le passage de l’angoisse. Cette expérience conduit l’homme dans l’autre réalité inconnue du monde – et de là vers les horizons plus profonds de l’expérience de l’être. Il se révèle dans le manque présumé d’un visage et d’une histoire du monde comme face de l’Autre.

Donc, il s’agit de descendre dans ces «espaces intérieurs du monde” où se trouvent les angoisses biographiques et collectives et les expériences de la perte, pour y rencontrer le Dieu qui nous sauve. Deux exemples :

Yad Vashem: Ma visite en automne dernier dans le mémorial de la Shoah, je ne l’oublierai jamais : Je suis abasourdi par cette architecture de l’angoisse qui apparaît labyrinthique – jusqu’au «Monument aux enfants”, une salle souterraine, où la lumière des bougies allumées est réfléchie par les miroirs. Dans cette sombre salle de voix incorporelles qui appellent constamment les données de vie élémentaires des victimes innocentes, je ressentis une nouvelle, profonde solidarité, oui, une simultanéité en vue de cette angoisse primaire profonde, d’être non seulement éliminé physiquement, mais d’être effacé aussi culturellement. Le témoignage de ce lieu devient pour moi une propre expérience : donner un lieu au nom perdu, préserver une mémoire du nom de Dieu et de ses créatures. Mon commentaire dans le Livre d’Or est une parole du prophète Isaïe, qui exprime aussi bien ma perplexité que l’intuition de la présence imperdable d’un Dieu parternel : “Ne crains rien, car je te rachète, Je t’appellé par ton nom : tu es à moi! ”

Et par rapport aux grands récits européens de la peur, le philosophe et théologien tchèque Tomás Halik décrit une expérience similaire: “Nous construisons pas le projet audacieux de l’unité européenne sur un sol inconnu ou une friche. Nous le construisons sur un sol avec des strates, dans lequels des trésors oubliés et des débris brûlés sont déposés, où des dieux, des héros et des criminels sont enterrés, où des pensées rouillées et des bombes non explosées reposent. Nous avons besoin de nous mettre en chemin de temps en temps et de regarder dans les profondeurs de l’Europe, dans le pègre, comme Orphée a regardé Eurydice ou le Christ Abraham et les patriarches de l’Ancien Testament.”

Pour moi, ces différentes «descentes dans les profondeurs de la peur» convergent dans le récit du baptême de Jésus dans Matthieu : “Dès que Jésus fut baptisé, il remonta de l’eau, et voici que les cieux s’ouvrirent : il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et des cieux, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie. »

Il s’agit de descendre avec le Christ pour atteindre le zéro, sur lequel il s’ouvre de façon toute surprenante le ciel. Et ici il se manifeste la loi de la vie de Dieu : «Ce qui vient d’en haut, doit pousser d’en bas.” Ainsi, en Jésus, avec leui et par lui se constitue cette communauté fraternelle, solidaire et pluraliste, dans laquelle l’individu se reconnaît comme «fils et filles de Dieu» et dans laquelle la «dignité humaine» et «l’être à l’image de Dieu» forment une unité inséparable.

Dans ses notes “Résistance et soumission” mises par écrit en détention, Dietrich Bonhoeffer voit le coeur de l’identité chrétienne dans la réponse à la demande de Jésus au moment de son agonie à Gethsémani : «Ne pouvez-vous pas veiller une heure avec moi ?” – C’est le invitation à la veillée aux côtés de Jésus, de sa présence tournée vers le Père dans un monde séculier – soi-disant sans Dieu – et cette présence de Jésus transforme divers lieux dans des espace d’expérience et d’attente de vie trinitaire.

La «peur» apparaît dans ce passage clé de l’Évangile comme un lieu privilégié de l’apprentissage de la foi, où convergent nos craintes confuses et “aveugles”, se transforment dans l’authentique et illuminante “crainte de Dieu” de Jésus. Parce que :

  • Dans, avec, par Jésus il se produit la libération et le passe de l’angoisse du Fils vers le Père : Le renoncement présumé du Fils convertit à un don de soi au Père.
  • L’unité grandit comme expérience de la confiance mutuelle dans la sensibilité au mystère de Dieu, de l’altérité de l’autre ; la philosophe juive Simone Weil a trouvé une formulation remarquable pour cette expérience : seulement “le consentement à la distance de l’autre” sans réserve – dit la philosophe française Simone Weil – permet une proximité authentique ; selon Tillich, la réalité complète de Dieu apparaît, après que les images idéologiques de Dieu se sont évanouis.
  • Il s’agit donc de préférer l’inconnu, l’étranger, le marginalisé – comme un “lieu d’apprentissage” de la foi – en, avec, par Jésus.
  • Cela vaut en particulier pour les différents charismes et communautés parmi vous : Lors d’une réunion d'”Ensemble pour l’Europe” en Novembre 2013 à Paris, avec Jean Vanier, fondateur de l”Arche”, il nous est apparu clairement : en fait, la tâche des charismes consiste dans l’accueil du «charisme du monde» et de le refléter justement au monde ; son témoignage était très impressionnant : pas vivre principalement avec et pour les “destinataires” des Béatitudes de Jésus, mais à partir eux. Eux, qui sont apparemment les personnes qui reçoivent, sont, en fait ceux qui sont les vrais doué de Dieu, les donateurs. Ils sont les porteurs d’un message, d’une présence de Dieu, qui doit être portée des bords de notre société à son centre. L’Évêque d’Aix-la-Chapelle et philosophe de la religion Klaus Hemmerle a formulé succinctement : «Laisse-moi apprendre chez toi le message que je dois te transmettre.”
  • C’est précisément cette volonté d’apprendre qui rend les charismes «des intermédiaires disparraissants ” (E. Balibar), des acteurs prophétiques dans nos sociétés ; ils ont surmonté leurs propres craintes de perte et savent désormais créer un espace de la rencontre entre des groupes hostiles, antagonistes ; ils maîtrisent patiemment “la négociation mutuelle du milieu brisé” (de M.Barnes), c’est à dire la “négociation” créative ou le “dégagement” d’un “centre” indéfini, dans laquelle les opposés sont libéré pour la réciprocité.
  • Cependant, cela présuppose l’expérience constante d’une libération de de l’angoisse : la disponibilité dont est fait “Ensemble pour l’Europe” avec la plénitude de ses traditions, de ses horizonts d’expériences et de ses histoires : descendre en, avec, par Jésus dans les abîmes, les histoires des autres avec leur réalité indisponible, qui toutefois veulent trouver un écho, une résonance dans la propre vie de chacun, dans la propre, spécifique tradition, foi et histoire de Dieu – et justement par cela les libérer à elles-mêmes.

Ainsi, il pourrait avoir besoin d’une “inversion de poussée”, d’une véritable metánoia des «pieux», dans la compréhension d’eux-mêmes et du monde, d’une nouvelle foi dans l’amour de Dieu pour le monde, révélé dans le Christ.

Une “conversion” – ou un déplacement de l’accent – du rejet anxieux du «monde» vers une vue, libérée de l’angoisse, sur la réalité de Dieu dans ce monde ; une réalité, qui doit être expérimentée et témoignée d’une façon toute nouvelle : juste à nos frontières. Il convient de surmonter une «herméneutique du soupçon” en vue du «monde» et de grandir de plus en plus dans une «culture de confiance”, donc de grandir aussi dans une confiance en Dieu avec un ton laïc, ce qui est fondé en Jésus.

En jetant le regard en haut, sur le dôme du bâtiment du Circus Krone, nous laisse penser, peut-être, aux trapézistes – en tant qu’interprètes de la libération de l’angoisse, toujours dans le risque de la confiance, en lâchant et en s’étirant de nouveau dans l’espace de l’avenir, comme «le sauteur en suspense” (H.Nouwen). Un moment artistique dans l’intervalle prophétique et aussi toujours précaire de “La Pesanteur et la Grâce”, comme le dit Simone Weil : cet intervalle dans lequel la créature sait d’être toujours maintenue et soutenue, d’être “racheté” de soi-même et libérée vers l’autre :

“Un sauteur doit sauter, et un receveur doit attraper, et le sauteur doit faire confiance, avec les bras et les mains tendus, que le receveur sera là. … Rappèlle-toi que tu es un enfant bien-aimé de Dieu. Il sera là quand tu fais ton long saut. Ne pas essayer de le saisir. Il te saisira. Étends simplement tes bras et tes mains – et fais confiance, confiance, confiance”! 

Herbert Lauenroth, Centre œcuménique de Ottmaring, à Munich, Circus-Krone-Bau, 01.07.2016

Photo: Trapézistes ©Thierry Bissat (MfG); H. Lauenroth: ©Ursula Haaf

 

Être « pour » l’Europe

Être « pour » l’Europe

« S’émerveiller de la puissance de l’Esprit de Dieu pour notre temps ».  Dès le début, le cardinal Walter Kasper a accompagné et soutenu le cheminement d’Ensemble pour l’Europe. Lors du dernier Congrès, le 30 juin 2016 à Munich, il a partagé ce qui lui tient à cœur.  

Chers amis, c’est merveilleux d’être de nouveau avec vous, et encore plus merveilleux de voir ce que vous êtes devenus depuis Stuttgart 2004. Le rêve d’alors commence à devenir une réalité. L’Esprit de Dieu est puissant pour notre temps. Nous avons des raisons de rendre grâce.

1.   Notre rêve a commencé à Augsbourg le 31 octobre 1999. Les chrétiens protestants et catholiques ont déclaré officiellement et conjointement : ensemble nous confessons que Jésus-Christ est notre salut. Beaucoup ont prétendu que cette déclaration ne signifiait rien et qu’elle est restée sans suite. Non, elle n’est pas restée sans suite. Vous êtes cette suite, votre mouvement en est le fruit. Le pape Jean-Paul II avait raison. Cette déclaration a été un jalon déterminant.

Un jalon est une étape sur le chemin, pas le but. La prochaine étape est déjà devant nous : en automne 2016 à Lund, en octobre 2017 à Wittenberg. Il y a encore des sceptiques. Nous disons : 500 ans de séparation, ça suffit ! Cela ne peut pas rester comme ça. Ce serait trahir Jésus-Christ et une honte devant le monde si nous nous en tenions seulement à de belles paroles sans effet.

Nous avons un rêve, mais nous ne sommes pas des rêveurs. Nous savons que l’œcuménisme est une manifestation de l’Esprit Saint dans l’Église. On peut compter sur Lui. C’est lui qui a été l’instigateur du mouvement œcuménique. Il le conduira à son aboutissement. L’unité dans la diversité réconciliée est possible. Dites aux experts de la séparation qui font des réserves : « Nous sommes des experts de l’unité ». Nous l’avons expérimentée : déjà aujourd’hui, elle est possible, bien plus que vous ne pensez ! Chacun peut se lever, chacun peut changer sa façon de penser.

2.  L’unité de l’Église est d’autant plus importante qu’aujourd’hui l’Europe est en danger. « Ensemble pour l’Europe » est plus important qu’avant. Dans cette situation très critique de l’Europe et du monde il ne s’agit pas de nous. Le mot le plus important dans votre programme est « pour ». Ensemble « pour » l’Europe.

Quand j’étais jeune, après le désastre de la deuxième guerre mondiale, l’Europe représentait un projet de paix pour nous les jeunes. Des ennemis allaient devenir amis. Cela a donné 70 ans de paix et de prospérité, plus longtemps que nos ancêtres avaient jamais rêvé connaître. Ce n’est pas un rêve, c’est la réalité, c’est notre avenir. Voilà que maintenant les fantômes d’un égoïsme national, que l’on croyait enterrés depuis longtemps, sortent de leurs tombes et répandent la peur et la terreur.

Chacun de nous aime son pays, sa langue et sa culture. Nous ne voulons pas le nivellement. La diversité de l’Europe est sa richesse. Mais l’amour de la patrie n’a rien à voir avec le nationalisme qui exclut et marginalise, qui construit des murs et des clôtures. L’amour de la patrie est ouvert, il se laisse enrichir et veut enrichir les autres. Par contre, celui qui remonte le pont-levis va bientôt mourir de faim lui-même.

Le processus de paix européen continue. Le pape François dit que l’Europe est en chantier. L’Europe n’a jamais été terminée, elle a toujours été en chantier. Il a toujours été sa force d’intégrer d’autres cultures : les Celtes, les Germains, les Normands, les Slaves, et les Musulmans que nous ne rencontrons pas aujourd’hui pour la première fois.

Après la chute du mur de Berlin, nous avons laissé éclater notre joie, avec des espoirs de communications sans frontières, de démocratie universelle, de droits de l’homme universels. Maintenant, on est arrivé à un autre rendez-vous avec la mondialisation. Les problèmes du monde viennent chez nous. Ce ne sont pas des chiffres abstraits, ce sont des personnes avec des visages. Ce sont des enfants de Dieu. Ils nous posent de nouveaux challenges. Oui, nous devrions construire des ponts. Les ponts ne nivellent pas les fossés, ils créent des chemins au-dessus des fossés. Nous devrions être bâtisseurs de ponts et artisans de paix.

Le rêve du vivre ensemble de tous les chrétiens et du vivre ensemble pour l’Europe continue. Des tâches nouvelles se présentent : nous devrions montrer l’attrait du christianisme à ceux qui arrivent chez nous, montrer qu’être un chrétien est une belle chose. En tant que chrétiens, nous ne pouvons le faire qu’ensemble, protestants et catholiques, si nous mettons de côté nos différences.

Est-ce possible ? Oui ! En tant que chrétiens, nous croyons en la résurrection et en la puissance de l’Esprit de Dieu. Nous croyons que la vie est plus forte que la mort et l’amour plus fort que la haine. Qui d’autre que nous, chrétiens, est appelé à être témoins de l’espérance pour un nouveau vivre ensemble des chrétiens et en Europe ? Jésus-Christ est au milieu de nous, il nous montre le chemin. Son Esprit est avec nous. Ce n’est pas le temps de la peur, c’est le temps de l’espoir.

Cardinal Walter Kasper, président émérite du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens

Soutien à la lecture et des impulsions de conversation de Sr. Nicole Grochowina, Selbitz : 

Impulsions De Conversation Sr Nicole Grochowina (128.8 KB)

L’espérance a-t-elle un avenir ?

L’espérance a-t-elle un avenir ?

On ne compte plus les recherches faites du point de vue religieux, social ou culturel sur l’avenir de notre continent. L’année européenne du patrimoine culturel y porte elle aussi un grand intérêt. Les Mouvements et les Communautés ont-ils une contribution spécifique à apporter ?

L’espérance a-t-elle un avenir ou bien notre monde s’est-il empêtré sans espoir dans des crises et des problèmes ? Si l’avenir a encore une chance, comment devrions-nous le nommer, ce nouveau monde ? Et n’aurait-t-il pas besoin du soutien de forces créatives émanant de la société, et même des religions ?

1. L’avenir a besoin d’espérance, si nous ne voulons pas rester englués dans la crise permanente actuelle et céder au désespoir.
2. L’avenir n’a pas seulement besoin de beaucoup d’espérance, mais le monde que nous espérons a aussi besoin d’un autre nom que celui de moderne, car l’évolution de la société moderne est sérieusement compromise et nous souffrons de multiples crises d’orientation. Si l’avenir doit être différent, au bout d’un développement vers quelque chose de meilleur, il y a la société dite post-moderne.
3. S’il en sort à la fin quelque chose de meilleur, cela dépend aussi de nouvelles forces créatives culturelles. C’est ici que pèse dans la balance la contribution des nouveaux Mouvements spirituels et aussi des nouveaux Mouvements sociaux. Avec leurs idéaux élevés, ils visent toujours un avenir et anticipent déjà en vue de celui-ci une partie du programme de la société et des Églises. Bref, ils montrent déjà aujourd’hui ce que pourrait être demain.

Les défis sont au nombre de deux : d’une part, nous sommes plongés dans une crise profonde du système de la société moderne. Il ne suffit plus maintenant de s’adapter en continu aux nouvelles situations : un changement radical de la civilisation moderne est en marche et exige de nous une nouvelle façon de penser et d’agir.
Le deuxième défi réside dans les nouveaux Mouvements spirituels eux-mêmes : leur foi, leur engagement et tout spécialement leur confiance sont extrêmement utiles sur le chemin qui nous conduira hors de la crise, parce qu’ils sont créateurs de cette nécessaire confiance en l’avenir. Mais les nouveaux Mouvements doivent se reconnaître comme des forces culturelles créatives plus fortement qu’ils ne l’ont fait jusqu’à présent et se comporter en conséquence. En un certain sens, ils doivent devenir davantage des Mouvements avec engagement social.

Il faut aujourd’hui regarder vers l’avant, autrement dit : se réconcilier avec l’avenir.

Les nouveaux Mouvements sociaux et encore plus les nouveaux Mouvements spirituels sont vraiment faits pour cela. Les visions de l’avenir leur appartiennent comme la carte d’adhésion à une organisation. Les Mouvements ne proposent pas seulement des alternatives concrètes pour d’autres orientations de vie, mais surtout ils élargissent des chemins étroits, aplanissent les difficultés. Voici l’exemple d’un individu moderne : à cause de cela, il se développe à nouveau en lui une personne sociale, ou religieuse, selon le Mouvement, avec des liens et des responsabilités dans son milieu de vie concret.

A cet égard, les nouveaux Mouvements spirituels doivent montrer qu’en tant que Mouvements spirituels, ils ne sont jamais seulement spirituels, mais ont toujours une portée sociale et qu’ils puisent dans la foi leur force créative culturelle. Alors ils dépassent même les nouveaux Mouvements sociaux, parce qu’ils ne se limitent pas comme eux à des thèmes spécifiques mais qu’avec Dieu et le monde, ils ont une portée illimitée. « L’Ensemble » des Mouvements spirituels et de leurs Églises est décisif pour cela : seule une Église réconciliée peut apporter une contribution crédible à la réconciliation. Cependant, un « Ensemble pour l’Europe » ne sera pas suffisant pour une réconciliation avec l’avenir. C’est un « Ensemble » pour le monde entier de demain qui est nécessaire.

Extrait du discours de Michael Hochschild : « La réconciliation avec l’avenir », Ensemble pour l’Europe, Munich, 1er juillet 2016

Prof. Dr. Michael Hochschild, directeur de recherche et professeur de la pensée postmoderne sur Time-Lab Paris / Institut d’Etudes et de Recherches postmoderne; a étudié l’éducation, la sociologie, la philosophie, la psychologie et la théologie à Hambourg, Francfort et Bielefeld.

Lire le discours intégral : 

2016 07 01 EpE M Hochschild La Réconciliation Avec L'avenir (22.4 KB, 34 downloads)
Munich 2016 – Finalement sur le web

Munich 2016 – Finalement sur le web

Ça y est ! Grâce au travail de beaucoup de personnes, la documentation de l’événement, qui a eu lieu à Munich du 30 juin au 2 juillet 2016, est désormais entièrement sur le site web : photos, thèmes du congrès et de la manifestation sur la place publique.

Celle-ci est disponible en Anglais et en Allemand

Vous pouvez tout de suite feuilleté ces documents  en Anglais >

Vous pouvez tout de suite feuilleté en allemand :  en Alemand >

Vous pouvez aussi télécharger la version pdf en Anglais > ou en Allemand > 

Secrétariat d’Ensemble pour l’Europe

Le Message de Munich 2016

Le Message de Munich 2016

Ensemble pour l’Europe. Rencontre. Réconciliation. Avenir.
Munich le 2/7/2016 

Il n’y a pas d’alternative au vivre ensemble

« Unis dans la diversité ». Cet espoir européen est aujourd’hui plus actuel que jamais. L’Europe ne doit pas devenir une « forteresse » et ériger de nouvelles frontières. Il n’y a pas d’alternative au vivre ensemble. Une vie ensemble dans la diversité réconciliée est possible.

L’Évangile – une source d’espoir

Jésus-Christ a prié pour l’unité et il a donné sa vie pour cela. C’est l’Évangile qui nous le dit ; depuis 2000 ans, il est une force créative pour la culture en Europe. Jésus-Christ nous enseigne l’amour sans limite pour tous les hommes. Il nous montre le chemin de la miséricorde et de la réconciliation : nous pouvons demander pardon et nous pardonner les uns aux autres. L’Évangile est une puissante source dans laquelle nous pouvons puiser de l’espoir pour l’avenir.

L’Europe – une culture du respect et de l’estime

Les terribles expériences des guerres mondiales nous ont enseigné que la paix est un don précieux que nous devons préserver. Notre avenir sera façonné par une culture du respect et de l’estime de l’autre, y compris de l’étranger.

L’unité est possible – surmonter les divisions

Nous demandons à tous les chrétiens, en particulier aux responsables des Églises, de surmonter les divisions. Les divisions ont provoqué la souffrance, la violence, l’injustice et miné la crédibilité de l’Évangile. En tant que chrétiens, nous voulons vivre ensemble dans la réconciliation et en pleine communion.

Notre engagement

  • Nous vivons avec l’Évangile de Jésus-Christ et nous le témoignons en paroles et en actes.
  • Nous suivons la voie de la réconciliation et nous aidons nos communautés, Églises, peuples et cultures, qu’ils puissent vivre « unis dans la diversité ».
  • Nous rencontrons les personnes qui ont d’autres religions et d’autres convictions avec respect et nous recherchons avec elles un dialogue ouvert.
  • Nous nous engageons à faire grandir la bienveillance et la paix dans le monde.
  • Nous avons la vision d’un vivre ensemble en Europe, qui est plus fort que toute peur et tout égoïsme.
  • Nous faisons confiance à l’Esprit Saint, qui renouvelle et vivifie sans cesse le monde.
Slovénie : Nouvelles avancées d’Ensemble pour l’Europe

Slovénie : Nouvelles avancées d’Ensemble pour l’Europe

Comme chaque année, après la rencontre internationale des « Amis d’Ensemble pour l’Europe » qui a eu lieu cette année en Italie à Castel Gandolfo, nous nous sommes retrouvés dans notre pays avec les responsables d’autres Mouvements et Communautés.

Nous étions 24 personnes, représentant 8 Mouvements : le Renouveau charismatique, le Mouvement Chemin (pot), les Laboratoires de prière et vie, la Communauté de l’Emmanuel, Couples pour le Christ, Communautés de vie chrétienne, Prière et Parole et le Mouvement des Focolari. Pour la première fois, deux évêques étaient présents : Mgr Stanislas Zore, OFM, archevêque de Ljubljana, et Geza Filo, évêque luthérien de Slovénie.

Après l’accueil, la prière et les présentations, nous avons illustré 17 années du chemin parcouru avec Ensemble pour l’Europe. La vidéo avec les interventions sur la réconciliation des responsables des Églises présents à Munich le 2 juillet 2016 a été une immense richesse. Elle a créé une atmosphère particulière de joie, de paix, de spontanéité et de communion, qui a grandi au cours de la rencontre et a conquis tous les participants.

L’évêque luthérien nous a parlé avec enthousiasme de la rencontre œcuménique de Lund (Suède), le 31 octobre 2016, à laquelle il a participé. Le 6 novembre, une rencontre similaire a eu lieu à Murska Sobota, en Slovénie, où vit la communauté évangélique. Presque tous les évêques catholiques de Slovénie étaient présents, ce qui a donné une grande joie à l’évêque luthérien et à toute la communauté luthérienne.

L’évêque Geza Filo nous a remerciés à plusieurs reprises et Mgr Zore a ajouté que ces rencontres (Munich, Lund…) sont des moments forts et doivent devenir notre vie quotidienne.

Dans un tel climat, nous avons pu les mettre au courant de notre récente rencontre à Castel Gandolfo et leur présenter nos propositions pour l’avenir :

  • Une veillée de prière le 24 mars 2017, pour le 60e anniversaire des Traités de Rome, début de l’intégration européenne ;
  • Travailler ensemble à la réconciliation du peuple slovène, qui porte encore le lourd poids du passé (après la deuxième guerre mondiale, 200 000 personnes ont été tuées sans procès en Slovénie, plus que dans toute l’Europe) ;
  • En outre, tous les Mouvements ensemble, nous avons décidé de travailler pour la famille, à la grande joie des deux évêques.

Après avoir lu le message de salutation reçu du Secrétariat international, nous avons offert à chaque participant les « 7 OUI » et renouvelé solennellement le Pacte d’amour réciproque.

Pavel et Marjana Snoj

Cela s’est passé ainsi…

Cela s’est passé ainsi…

Dans l’expérience que nous avons vécu au cours de l’événement d’Ensemble pour l’Europe à Munich du 30 Juin au 2 juillet , tout était présent : RENCONTRE avec des personnes très différentes, mais qui étaient toutes d’accord pour affronter ensemble le FUTUR. Les témoignages de RECONCILIATION nous ont montré qu’un parcours fait ensemble n’est pas une utopie. Compte tenu de tous se qui s’est passé entre temps dans la ville –et dans différentes parties du monde- le message de « Ensemble » est plus que jamais nécessaire et actuel.

Voici quelques échos parmi ceux qui en ont fait l’expérience (dans leur langue d’origine)
  • München zeigte ein tiefes echtes Gesicht eines Europa, das sich auf Gott und die Welt öffnet. Es wurde verständlich und erfahrbar: Miteinander geht es, Miteinander aller Charismen und Gaben. Der Glaube, die Liebe und die Offenheit führen zur Entängstigung…
  • Magnifique rassemblement avec le souffle des origines et qui ouvre un nouvel avenir pour Ensemble pour l’Europe. Une lumière et une espérance dans une Europe qui en a bien besoin! Remarquable organisation de nos amis allemands.
  • I am British and have always had a very strong sense of being European, and part of a positive process of unification. It was a challenge coming to Munich a week after Brexit, knowing that everyone would ask my opinion about it. I was initially very sad, but I know that being European and being Christian is a bigger idea than any particular political process or institution, and that unity will go ahead anyway. The positive attitude and support of a very impressive list of Christian leaders was very important and can only further this process. The young people present were a great witness to things already happening , and a hope for a better future.
  • Ho colto la profondità, il desiderio di continuare sempre più insieme per una nuova Europa nel cammino della pace costruita sui valori comuni del dialogo e dell’amore. Non abbiamo paura, andiamo avanti, nella certezza che Dio Amore ci precede sempre, a noi tutti gli sforzi, a Lui la gloria del Suo Amore passato dalle nostre azioni positive.
  • Das Podium „Zukunft der Gesellschaft – Auftrag und Verantwortung der jungen Generation“ erfüllte aber voll und ganz meine Erwartungen: Junge Leute, die von ihrem Glauben und ihrer Jugendarbeit innerhalb ihrer Gemeinschaft berichteten. Mir gefiel es sehr gut, mich endlich mit anderen Jugendlichen, die sowohl ähnliche als auch komplett verschiedene Ansichten als ich hatten, auszutauschen und zu diskutieren.
  • Ho capito che anche i piccoli come me possono fare qualcosa per l’Europa, nella stessa strada dei grandi, per iniziare questa unione spirituale dell’Europa, gli uni per gli altri.
  • Hi everyone, I did watch this wonderful event which was a wonderful way to involve people like me around the world in Unity with all ‘People of Good Will’. God’s choicest blessings on everyone who organised this and those who took part. We are meant to be together and not live selfish lives in isolation from our neighbour.
  • Il fatto che ci siamo trovati in un circo mi suggerisce che è importante mettersi in gioco come fanno i protagonisti del circo, giocarsi la vita  per essere di aiuto agli altri.
  • J’ai beaucoup apprécié ce moment à Munich. Maintenant avec toute l’équipe de Lyon nous nous engageons à diffuser ce que nous avons vécu. Bien avec chacun.
  • Insgesamt bin ich sehr dankbar für die Erfahrung der Veranstaltung in München und trage die Erlebnisse und Begegnungen noch lebendig in mir. Vor allem verbinde ich mich im Gebet Tag für Tag weiterhin mit allen, die dort waren, und habe die Hoffnung, dass das Wunder der Einheit der Kirchen eines Tages von Gott geschenkt wird. (…) Für alles, was bei der Kundgebung am Stachus auf der Bühne geboten wurde, kann ich nur meine Anerkennung aussprechen.
  • Anche l’aprire e chiudere l’ombrello (…) non ha distolto da un clima di unità, di gioia, di profondità che ho avvertito. Mi è sembrata la manifestazione della speranza.
En direct de Munich – 3er jour

En direct de Munich – 3er jour

« Oui à des ponts de miséricorde. Oui à la découverte de l’autre, de sa richesse. Oui à la compréhension que nous sommes vraiment « une seule chose », qu’il existe une unité et une fraternité pour lesquelles travailler et que nous devons trouver les chemins pour « détruire » les nombreux « murs de séparation »». Ces paroles d’Andrea Riccardi, fondateur de la Communauté Sant’Egidio, lues par Marco Impagliazzo, l’actuel président, expriment bien l’esprit et l’engagement des 5 000 personnes présentes sur la Karlspatz de Munich, le 2 juillet, lors de la Manifestation publique conclusive de l’édition 2017 d’Ensemble pour l’Europe.

Quatre grands thèmes ont servi de fil conducteur à l’événement : l’unité est possible ; la réconciliation ouvre à l’avenir ; une culture de la relation et de la miséricorde ; mission et avenir. Maria Voce, présidente des Focolari a ouvert la rencontre par un engagement solennel : « Aujourd’hui, ici, nous nous engageons à être des instruments de ce tournant, des instruments d’une nouvelle vision de l’Europe, des instruments d’une accélération sur le chemin vers l’unité en ouvrant un dialogue profond avec tous et pour tous les hommes et les femmes de notre planète  ». Les messages vidéo envoyés par le patriarche œcuménique de Constantinople Bartholomé Ier et par le pape François ont apporté une grande joie.

Ont suivi des témoignages de réconciliation entre Églises et communautés. « La réconciliation ouvre à l’avenir – a affirmé Gerhard Pross de Comité d’Orientation d’Ensemble pour l’Europe – même si nous sommes et restons différents, nous voulons vivre en unité, nous enrichir de nos différences, et que la contagion s’étende à nos villes et à l’Europe ». Le cardinal Kurt Koch, président du Conseil Pontifical pour la promotion de l’Unité des Chrétiens, Rome, a expliqué qu’un réseau universel d’amitié a vu le jour et l’évêque Frank Otfried July, vice-président de la Fédération luthérienne mondiale : « Nous vivons ensemble de nombreuses expériences en tant qu’Églises : nous travaillons pour les réfugiés, nous prions ensemble. Nous voulons reporter le Christ au centre de l’Europe ». Le Métropolite roumain-orthodoxe pour l’Allemagne et le centre-nord de l’Europe, Serafim Joanta (Nuremberg) a partagé les joies et peines de sa mission : « Ma plus grande souffrance, ce sont les poussées fondamentalistes qui risquent de détruire les tentatives d’unité entre les chrétiens. De plus, les jeunes sont souvent absents de nos Églises ». Des représentants d’Églises chrétiennes et de mouvements ont prié ensemble le Notre Père, « signe prophétique de pardon et de réconciliation, que nous voulons ne jamais oublier », a expliqué le révérend Olav Fykse Tveit, secrétaire général du Conseil Œcuménique des Églises.

La voix des jeunes a été un signe fort et plein d’espérance : « Je rêve d’une Europe de l’amitié, moins individualiste. L’Europe commence par moi, parce que je suis Europe », a affirmé Maria, de République Tchèque.

« Ensemble », un autre mot-clef : « En 2017, ce sera les 500 ans de la Réforme – a expliqué l’évêque évangélique Heinrich Bedford-Strohm, président de la Confédération luthérienne en Allemagne – et nous voulons vivre cet anniversaire ensemble, Église luthérienne et Église catholique ». Le cardinal Reinhard Marx, de Munich, président de la Conférence épiscopale catholique allemande, a ajouté : « Nous devons reconnaitre les signes de l’unité que nous vivons déjà : nous ne sommes pas séparés, nous voulons témoigner le Christ ensemble ».

Le message final, lu à plusieurs voix par les responsables des Communautés et Mouvements, exprime à la fois les fruits du chemin parcouru et les prochaines étapes : « L’Europe ne doit pas devenir une forteresse et ériger de nouvelles frontières. Il n’y a pas d’alternative au vivre ensemble. Nous demandons à tous les chrétiens (…) de surmonter les divisions. Notre engagement : Nous vivons l’Évangile de Jésus-Christ et nous le témoignons en paroles et en actes. Nous nous engageons à faire grandir la bienveillance et la paix dans le monde ».

En direct de Munich – 2er jour

En direct de Munich – 2er jour

Maria Voce, présidente des Focolari a ouvert la deuxième journée du Congrès : « L’Europe traverse la nuit de ses principes, la nuit de son rôle dans le monde, la nuit de ses rêves. […] Ensemble pour l’Europe nous semble vraiment être le sujet en mesure d’inspirer des personnes, seules ou associées, dans leur engagement pour une Europe libre, réconciliée, démocratique, solidaire et fraternelle, et qui peut être un don pour le reste de l’humanité ».

Steffen Kern, de la Fédération évangélique (Wuerttemberg) : « Où plaçons-nous notre espérance, nous les chrétiens ? Nous devons prendre sur nous les souffrances et les nuits de nos villes. A Stuttgart est née la Maison de l’Espoir qui accueille des femmes et personnes seules. Nous voulons témoigner par notre engagement que Dieu n’abandonne personne ». Thomas Römer (CVJM Munich) affirme que la force de notre continent est le Christ et son Évangile. « Jésus est aussi dans les tempêtes, il faut avoir foi. Il est monté sur la barque pour nous sauver ».

L’après-midi, Ensemble pour l’Europe a ouvert ses propres lieux de dialogue, confrontation et projets.

La table ronde « Chrétiens et musulmans en dialogue » a fait ressortir la nécessité de se connaître, se rencontrer et travailler ensemble autour des défis sociaux et culturels. Pasquale Ferrara, nouvel ambassadeur italien à Alger, a souligné que ce ne sont ni les cultures ni les religions qui font le dialogue, mais les personnes. Il faut tremper dans le concret et les réalités. L’imam Baztami a invité à rencontrer et connaître l’autre. De nombreuses idées et projets ont émergé du débat entre la philosophe des religions Beate Beckmann-Zoeller, Thomas Amberg de l’Église évangélique, et Mgr Dubost, évêque français. « Le remède à la division entre chrétiens et musulmans est l’altérité, reconnaître l’autre comme frère » a affirmé Gérard Testard, d’Efesia (France).

A la table ronde « Pistes ou un développement durable en Europe », le cardinal Turkson, l’ingénieur environnemental Daniele Renzi, Hans-Hermann Böhm et d’autres experts ont encouragé à suivre l’invitation du pape François à un débat sérieux et ouvert sur les changements climatiques et les défis écologiques. « Sciences et religion devraient dialoguer – a affirmé le cardinal – pour apporter une contribution commune à la société ».

« Martyre, le difficile témoignage des chrétiens de notre temps » : à cette autre table ronde et en se référant à la situation actuelle, Michael Brand, membre du Bundestag, a rappelé cette phrase de saint Boniface : « Nous ne voulons pas rester muets comme des chiens ». Il continue : « Je pense personnellement que si la menace du terrorisme arrive de l’extérieur, à l’intérieur de nos frontières nous sommes attaqués par un sécularisme agressif. Je crains moins l’islamisation de l’Europe que la diminution de la foi chrétienne ».

En direct de Munich – 1er jour

En direct de Munich – 1er jour

Rencontre, réconciliation, avenir. Ce sont les maîtres mots de la quatrième édition de la rencontre internationale Ensemble pour l’Europe. Depuis 1999, 300 Mouvements et Communautés chrétiennes parcourent un chemin commun de réconciliation, de compréhension mutuelle et d’unité. Ici, à Munich, au Circus-Krone, 200 Mouvements sont présents et participent activement. Ils sont 1 700 membres, de 40 pays, réunis pour le Congrès des représentants des Mouvements, animés du désir de porter encore les valeurs chrétiennes dans les difficultés où se débat l’Europe.

Martin Wagner (YMCA Munich) a ouvert la rencontre : « Réconciliation sera notre mot-clef. Nous en avons besoin, nous voulons être des ambassadeurs de réconciliation : nous l’avons déjà expérimentée et là est notre avenir. Nous voulons partager, travailler ensemble pour l’unité et surtout contribuer, en tant que chrétiens, à soutenir les défis de l’Europe aujourd’hui ». Gerhard Pross (YMCA Esslingen) a salué ainsi les 1 700 participants : « Dieu veut que nous marchions ensemble vers l’unité ». Et le cardinal Walter Kasper : « 500 ans de division, c’est trop ! nous avons un engagement envers l’unité de l’Europe, sinon nous trahissons le Christ et, aujourd’hui, cette unité est d’autant plus importante que l’Europe est en danger ». L’évêque de l’Église évangélique Krause : « En 2007, nous avons signé le Manifeste pour une Europe unie et adhéré aux “7 OUI” : nous avions un rêve, nous avons prié Dieu et il nous a exaucés ». Sœur Lioba Ruprecht : « Nous devons construire la culture de l’alliance ». Hartmud Steeb, de l’Alliance évangélique : « Ce dialogue commun a commencé dans les années 90. Dieu lui-même a prié pour l’unité. Rencontre, espérance et avenir sont les mots qui vont nous accompagner ces jours-ci ».

L’après-midi, 19 forums ont rassemblé les participants autour des questions les plus brûlantes de notre continent : responsabilité sociale, intégration, économie, œcuménisme, défis pastoraux, les jeunes et l’Europe, mariage et famille, réconciliation, évangélisation, etc. Temps de partage d’expériences, d’idées et de projets, mais aussi d’un fort témoignage de foi. Dans le forum « Prix et valeur de l’unité », le cardinal Kasper a affirmé que la difficulté d’une authentique réconciliation constitue un des obstacles majeurs pour le mouvement œcuménique. Le pardon est nécessaire pour pouvoir poursuivre le chemin ensemble.

« La réconciliation est une tâche difficile – a ajouté Walter Kriechbaum, de l’YMCA de Munich – mais c’est par elle que nous guérirons et deviendrons porteurs d’unité ».

Après le Brexit : Ensemble pour l’Europe devient un signe prophétique

Après le Brexit : Ensemble pour l’Europe devient un signe prophétique

Après les nouvelles de vendredi matin, au lendemain du « Brexit », les responsables du Comité d’Orientation d’Ensemble pour l’Europe s’expriment à l’unisson : le Congrès européen qui aura lieu les 30 juin et 1er juillet, et la Manifestation du 2 juillet sur la Karlsplatz, dans le centre de Munich, acquièrent dans ce contexte un nouveau relief, une signification plus ample.

Le père Heinrich Walter, du mouvement Schönstatt se montre à la fois bouleversé et déterminé : « Dorénavant, Ensemble pour l’Europe devient encore davantage un signe d’espérance contre toute espérance. L’origine chrétienne est déterminante en ce qui concerne l’identité. Sur le fond historique de cette semaine, Dieu lui-même fait d’Ensemble pour l’Europe un signe prophétique. »

Gerhard Pross, de l’YMCA d’Esslingen, et porte-parole de l’initiative en Allemagne : « Désormais, il est d’autant plus important que de Munich parte un signe clair pour un Ensemble pour l’Europe – un signe de la communion – contre les égoïsmes et les peurs de notre temps. Il me semble significatif que ce soient le pape François, Andrea Riccardi et Jeff Fountain qui prononcent une parole décisive pour l’Europe et non pas les politiques. »

Et depuis Rome, Maria Voce, présidente du mouvement des Focolari : « Ce referendum confirme que l’Europe unie, ce n’est ni la politique, ni l’économie qui la font, mais les valeurs partagées par les Européens. Ensemble pour l’Europe ne pouvait tomber à un meilleur moment. »

 

Une appréciation encourageante

Une appréciation encourageante

Nous avons reçu un nouveau parrainage pour le prochain évènement qui se déroulera à Munich en juillet prochain.

Avec des paroles d’encouragement et d’appréciation pour cette initiative, le président du Parlement Européen Martin Schulz, met l’événement « Rencontre. Réconciliation. Avenir » sous le patronage du Parlement Européen.

Il souligne dans sa longue lettre l’importance d’un engagement commun en faveur de la solidarité et de la paix, de la tolérance et du dialogue, du sentiment d’appartenance à l’Europe et d’une citoyenneté active.

C’est le troisième patronage reçu des Institutions européennes, avec celui du président de la Commission Européenne, Jean-Claude Juncker, et celui du secrétaire général du Conseil de l’Europe, Thorbjørn Jagland.

C’est un appel à s’engager pour contribuer à réaliser notre « rêve » d’une Europe unie et multiforme, avec une cohésion sociale forte dans la multiplicité culturelle. Nos différences ne doivent plus être des motifs de peur ni de séparation. Nous vivons pour une Europe qui ne les supprime pas, mais les redécouvre comme des richesses, les développe et les harmonise… >QUELLE IDÉE AVONS-NOUS DE L’EUROPE ?

logo

Foto: Ulz

Le pape François reçoit le prix Charlemagne pour l’Europe

Le pape François reçoit le prix Charlemagne pour l’Europe

C’est en fait à l’Europe que le pape François, le 6 mai 2016, devant des hôtes illustres, dédie le prestigieux prix « Charlemagne », pour « souhaiter ensemble un enthousiasme nouveau et courageux pour ce contient qui nous est cher ».

Oui, l’Europe, de par sa récente actualité, a attiré sur elle l’attention du monde, suscitant bien des inquiétudes. « Europe, que t’est-il arrivé ? », c’est l’inquiétante question qui résonne parmi les participants.

L’Europe semble avoir reçu ce jour une sorte de Magna Carta : les trois mots-clefs « intégrer, dialoguer, engendrer » appellent à un ajustement sur l’idée même d’Europe. Avec la très prochaine Manifestation Ensemble pour l’Europe en juin-juillet 2016 à Munich, nous voulons nous aussi apporter notre contribution et témoigner que pour « intégrer », la RENCONTRE est nécessaire, pour « dialoguer », il est bon de se RÉCONCILIER et que sans « engendrer », il n’y a pas d’AVENIR.

Le 6 mai, la salle Regia du Vatican semblait baignée de sérénité et de soutien réciproque, espoir pour l’avenir, perceptibles grâce aux petits gestes fraternels entre les invités. Il dépend peut-être de nous aussi que le courage manifesté en cette occasion ne s’évanouisse pas rapidement, mais nous pousse à croire tous ensemble à la réalisation d’un rêve qui ne reste pas que celui d’un pape.

DISCOURS DU PAPE FRANÇOIS>

Foto: Andreas Herrmann

 

L’Europe sous les projecteurs des jeunes

L’Europe sous les projecteurs des jeunes

L’Europe ? Ombres et lumières… et beaucoup à donner. 

Une soirée avec des jeunes du monde entier au siège du Secrétariat international d’Ensemble pour l’Europe.

Atmosphère de joyeuse attente : ils arrivent enthousiastes et l’esprit ouvert, mais en même temps sérieux et conscients que parler de l’Europe aujourd’hui est quelque chose d’important. Au siège d’Ensemble pour l’Europe, fin avril, la soirée commence avec un appétissant plat typique de leur confection et une pizza très italienne. Ils sont 8 jeunes, étudiants ou jeunes professionnels, Européens ou non, originaires de Hongrie, de Slovaquie, du Brésil, du Kenya, du Nigeria et des Philippines. Nous nous sommes laissés surprendre et enrichir en écoutant leurs différentes visions de l’Europe, avec ombres et lumières. Ils ont manifesté un grand intérêt pour le prochain rassemblement de Munich : « Rencontre. Réconciliation. Avenir » et leur désir d’y apporter leur contribution pour que le vieux continent fasse pleinement fructifier les richesses de sa tradition et de sa culture, inspirant ainsi leurs pays respectifs et toute l’humanité.

En regardant le programme prévu, nous nous sommes bien entendu arrêtés – pour écouter des extraits – sur les différents groupes de musique qui seront présents le 2 juillet 2016 sur la grande place de Munich. L’une des chansons au programme semblait très significative : Wir sind eins (Nous sommes un) > https://www.youtube.com/watch?v=Y4zX98_Sr4s

D’ici le rendez-vous de Munich, ces jeunes s’engagent de toutes les manières. Ils ont tout de suite proposé d’inviter leurs amis et connaissances et de diffuser l’invitation sur les réseaux sociaux et tous autres moyens disponibles.

En juillet, certains seront retournés dans leur propre continent, mais Marcos, Marie et Szabina iront à Munich, en tant que constructeurs actifs de l’Europe dès maintenant.

L’équipe du Secrétariat international d’Ensemble pour l’Europe

Messages-vidéo et patronage de l’Union Européenne

Messages-vidéo et patronage de l’Union Européenne

Par des messages personnels, des chefs religieux apportent leur soutien au réseau Ensemble pour l’Europe pour le 2 juillet 2016. La Commission européenne et le Conseil de l’Europe confirment leur patronage.

Au cours des dernières semaines, le Vatican et le Phanar d’Istanbul ont confirmé officiellement que le pape François et le patriarche œcuménique Bartholomé 1er adresseraient un message-vidéo personnel pour la grande Manifestation œcuménique du réseau Ensemble pour l’Europe, le 2 juillet à Munich>

Début septembre, lors d’une audience privée, le père Heinrich Walter, du Mouvement de Schönstatt, et en tant que représentant du Comité d’Orientation international d’Ensemble pour l’Europe, avait remis au pape la brochure d’information pour la Manifestation à Munich, en lui demandant un message-vidéo. « Voulez-vous qu’on le fasse tout de suite ? », avait demandé le chef de l’Église catholique avec un clin d’œil. Désormais, la confirmation officielle est arrivée du Vatican que le message-vidéo est en préparation.

En novembre dernier, lors d’une rencontre personnelle avec le patriarche Bartholomé 1er, Maria Voce, Diego Goller et Gerhard Pross, du Comité d’Orientation international, l’avaient invité au rassemblement de Munich. Vu qu’il ne pourra être présent à cette date, il avait promis d’envoyer un message, ce qu’il a confirmé il y a quelques jours lors d’une rencontre privée avec les Focolari d’Istanbul.

Ces deux chefs religieux apprécient et soutiennent le travail des Communautés et des Mouvements spirituels et encouragent l’initiative d’Ensemble pour l’Europe.

Le président de la Commission Européenne, Jean-Claude Juncker, et le Secrétaire général du Conseil de l’Europe, Thorbjørn Jagland, apportent leur soutien à la Manifestation en accordant leur patronage.

Pour plus d’informations télécharger Communiqué de presse II: Messages-vidéo du pape et du patriarche

COE-Logo-Quadrilogo_en

Une étape importante au Transtévère

Une étape importante au Transtévère

Le Comité d’Orientation en pleine préparation à J-85 de la rencontre de Munich

Le quartier du Transtévère, à Rome, fourmille de monde… touristes, familles, enfants, personnes âgées, toutes plus ou moins affairées… Seule la présence de deux soldats en armes exprime tacitement que cette ville est au cœur d’une Europe qui vit une situation inimaginable il y a encore quelques années. Se détachant de la foule, quelques personnes se dirigent vers une humble porte, l’entrée de la Communauté Sant’Egidio à Rome. L’ancien couvent des Carmélites – comme un pont entre anciens et nouveaux charismes – accueille les membres du Comité d’Orientation qui se réunissent pour deux journées de travail en vue du prochain grand événement organisé par Ensemble pour l’Europe à Munich, en Allemagne, du 30 juin au 2 juillet 2016.

Une des premières à arriver est Maria Voce (Emmaüs), présidente du Mouvement des Focolari. Elle est accueillie affectueusement par tous et en particulier par Marco Impagliazzo, le maître de maison, président de la Communauté hôte. La joie grandit au fur et à mesure de l’arrivée des amis venus d’Allemagne, de France et de Belgique, tous prêts à mettre de côté leurs soucis pour partager ensemble la responsabilité d’avoir déjà expérimenté que l’unité dans la diversité est possible. Attention, écoute, partage, franchise dans le travail complexe sur les programmes, rendu possible grâce au précieux support du secrétariat et des traducteurs.

La participation commune à la prière du soir de la Communauté Sant’Egidio dans la basilique Sainte-Marie en Transtévère, accompagnée de chants harmonieux, semblait illustrer les paroles de Maria Voce : ce que fait une Communauté ou un Mouvement, c’est comme si tous les autres le faisaient.

Les dernières heures sont intenses, le calendrier est plein, l’avion décolle… Le challenge reste le même pour la rencontre de Munich et les journaux télévisés annoncent encore bien peu de bonnes nouvelles… Tous repartent convaincus plus que jamais que le réseau vivant des Communautés et Mouvements en Europe apportera toujours plus sa contribution à l’avenir du continent.

Ilona Toth

Europe :  Quelle identité? Quelles valeurs?

Europe : Quelle identité? Quelles valeurs?

«Nous voudrions chercher à saisir, dans l’expérience historique de l’Europe, des valeurs et des idéaux pouvant l’aider à surmonter la crise actuelle et lui ouvrir un chemin d’avenir. »

Table-ronde autour d’un thème d’actualité,  Jeudi 21 avril 2016, 17h00 – 19h00
Centre OEcuménique de Genève

Table-ronde et dialogue avec le public, avec la participation de :

  • Le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du Conseil œcuménique des Eglises
  • Monsieur Pasquale Ferrara, diplomate, professeur à l’Université LUISS (Rome) et à l’Institut universitaire Sophia (Loppiano)
  • Monsieur Eric Ackermann, membre de la Communauté Israélite de Genève;
  • Madame Gaëlle Courtens, journaliste attachée à la Fédération des églises protestantes en Italie et à l’agence de presse nev-notizie evangeliche;
  • Monsieur Andreas Gross, ancien parlementaire suisse et ancien membre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.
  • Modération: Madame Marguerite Contat, ancienne cheffe de délégation du Comité international de la Croix-Rouge, coprésidente de l’Assemblée Constituante genevoise (2008-2012).

Pour plus d’informations: https://www.oikoumene.org/fr/press-centre/events/europe-quelle-identite-quelles-valeurs?set_language=fr

La conférence sera transmis en via streaming sur le site :  http://www.oikoumene.org/live

La réunion a lieu en prévision pour l’événement à Munich les 30 juin 2016 – 2 Juillet 2016, avec le titre : Ensemble pour l’Europe. Rencontre. Réconciliation. Avenir.

POURQUOI avez-vous peur ?

POURQUOI avez-vous peur ?

« L’espoir des chrétiens pour l’Europe » est le sous titre de la conference de la soirée du 11 février 2016 dans la salle des fêtes de l ‘ymca.

Piano et saxophone : la musique nous a tout de suite fait percevoir que l’enthousiasme et le professionnalisme étaient au menu de la rencontre. Dans son mot d’accueil, Sascha Becker (YMCA), notre hôte, nous a transmis l’esprit qui animait les grandes manifestations d’Ensemble pour l’Europe à Stuttgart en 2004 et en 2007 et nous a invités à participer à « Munich 2016 ».

« Pourquoi avez-vous peur ? » (Mt 8,26) – Cette question de Jésus à ses disciples était le thème de la soirée : la « barque Europe » dans la tempête de découragement et de résignation. Le sous-titre exprimait le défi que veut relever Ensemble pour l’Europe : « L’espoir des chrétiens pour l’Europe ». C’était le sujet traité par le pasteur Eduard Griesfelder dans son intervention portant sur « Des chemins de réconciliation – Table ronde Autriche » : des Églises libres et des Communautés libres d’origines et traditions très différentes se rencontrent et reçoivent même la reconnaissance de l’État autrichien.

Le député européen Heinz K. Becker a brossé un tableau sincère des lacunes de la politique face à l’afflux prévisible de réfugiés. En tant que porte-parole de la sécurité pour son parti au Parlement européen, il comprend les craintes des personnes, mais – disait-il – « je perçois aussi que les valeurs chrétiennes comme la disponibilité et la solidarité sont de plus en plus appréciées ».

Des exemples concrets apportés par l’adjointe au maire, par une collaboratrice engagée et par un réfugié de Eichgraben ont montré que la politique et la société civile peuvent s’engager au coude à coude.

Les participants ont mis par écrit des paroles d’espoir qui ont été rassemblées et exposées devant tous. A la fin de la rencontre, les difficultés et les espoirs ont été réunis en une prière et l’auditoire était reconnaissant pour l’expérience encourageante faite ce soir-là avec Ensemble pour l’Europe.

Herwig Sturm – Groupe de coordination Ensemble pour l’Europe – Vienne et Autriche

2016-02-11 MfE Einladung (219.0 KB)
Miteinander für Europa: Ein Kongress für christliche Werte

Miteinander für Europa: Ein Kongress für christliche Werte

Der internationale ökumenische Kongress von “Miteinander für Europa”, verbunden mit einer öffentlichen Kundgebung, findet vom 30. Juni bis 2. Juli in München statt. Bischof i.R. Herwig Sturm (Evangelische Kirche A.B.) und Chiarina Marent (Fokolar-Gemeinschaft) gehören der österrichischen Koordinationsgruppe dieser europaweiten Initiative an. Sie geben einen Ausblick auf die kommende Großveranstaltung in München und vermitteln einen Einblick in die Anliegen von “Miteinander für Europa” auf geistlicher und politischer Ebene.

27. April 2016

https://www.youtube.com/watch?v=AvOUYsS4lU8&feature=em-upload_owner

ENSEMBLE à Rome

ENSEMBLE à Rome

Début janvier, quelques représentants d’Ensemble pour l’Europe ont été reçus à Rome par le cardinal Koch et les responsables du secrétariat du Conseil Pontifical pour l’Unité des chrétiens. Le dialogue s’est déroulé dans un climat très ouvert.

Gerhard Pross, (YMCA Esslingen), Diego Goller (Mouvement des Focolari), Cesare Zucconi (Sant’Egidio), le père Heinrich Walter (Schönstatt), Thomas Römer (YMCA Munich) et Heike Vesper (Mouvement des Focolari) ont apprécié la disponibilité et l’ouverture du cardinal Koch. Au cours de la rencontre, celui-ci a souhaité que l’on implique davantage l’Église orthodoxe dans le processus de préparation de la rencontre de Munich en juin-juillet prochain. Invité à apporter sa contribution à l’événement, il a offert sa disponibilité à se rendre en Allemagne pour un colloque préliminaire, vu que la plupart des intervenants proviennent de ce pays.

Cette journée de rencontres à Rome s’est terminée par une visite personnelle au cardinal Kasper. Cet entretien a été lui aussi très ouvert et constructif. Gerhard Pross confie : « Le cardinal Kasper nous a accompagnés et suivis plus que tout autre pendant ces 15 dernières années. Il s’est déclaré disponible pour intervenir lors du Congrès. Le fait qu’il nous ait ensuite partagé quelques sujets qui l’occupent actuellement nous a semblé un signe évident de la relation de confiance qui s’est établie au fil des années ».

 

Rencontre ‘Amis de Ensemble pour l’Europe’ 2015

Rencontre ‘Amis de Ensemble pour l’Europe’ 2015

La rencontre annuelle des ‘Amis’ a eu lieu, du 12 au 14 novembre dernier, au Centre Mariapoli Mariënkroon de Nieuwkuijk (Hollande).

Le travail de collaboration, entre les 101 participants, de 39 Mouvements et Communautés, de 12 Pays européens, a contribué à définir les différents aspects de l’Évènement ‘Munich 2016: le Congrès dans le Circus Krone-Bau (30 juin-1 juillet) et la Manifestation sur la place, sur la Karlsplaz-Stachus (2 juillet 2016).

Il y a une présentation générale dans la Brochure, qui est présente sur ce site ; des informations spécifiques sur le Congrès, pour les représentants de Mouvements et Communautés, sont fournies dans la Brochure (Livret), toujours sur le site. Sur cette dernière, seront aussi intégrées, au fur et à mesure, des mises à jour et des informations plus détaillées concernant la Manifestation du 2 juillet.

Les photos de la galerie reflètent l’atmosphère, l’engagement, la collaboration des journées vécues à Mariënkroon et le profond partage avec les ‘Amis’ de la France pour les attentats de Paris, dont la nouvelle nous est parvenue justement alors que nous étions là, réunis.

secrétariat international 

Entretien avec le patriarche Bartolomeo I

Entretien avec le patriarche Bartolomeo I

À l’occasion d’une rencontre œcuménique d’Evêques organisée par le Mouvement des Focolari, le 25 novembre 2015, le patriarche Bartolomeo -accompagné du Métropolite Elpidophoros Lambriniadis – a rencontré dans le monastère de Ayatriada sur l’île de Halki (proche de Constantinople) Maria Voce, Gerard Pross e Diego Goller du comité d’Orientation d’Ensemble pour l’Europe.

Dans l’entretien, qui a duré environ une demi-heure, il a voulu être informé de la préparation de l’événement de Munich 2016 en montrant tout son intérêt pour l’initiative et les sujets qui y seront abordé. Il ne pourra pas y participer personnellement étant engagé par le Saint-Synode Panorthodoxe qui aura lieu à Constantinople à la Pentecôte 2016. Comme signe de sa participation il enverra à Munich un de ses représentants et fera parvenir pour cette occasion un message vidéo pour les participants.

La brochure “Ensemble pour l’Europe – Munich 2016” dans les mains du Pape François

La brochure “Ensemble pour l’Europe – Munich 2016” dans les mains du Pape François

P. Heinrich Walter raconte à propos de sa rencontre avec Pape François :

« Au cours de ces mois derniers, nous avions cherché comment faire en sorte qu’il nous soit possible de mieux faire connaître le réseau de Ensemble pour l’Europe à Pape François, tout en désirant qu’il nous donne, moyennant un enregistrement vidéo, une contribution pour la Manifestation publique du 2 juillet 2016 sur la « Karlsplatz » de Munich.

Quand il a été clairement précisé que, pendant l’audience privée du Pape pour le chapitre général de ma Communauté le 2 septembre, il aurait été possible d’échanger quelques mots avec lui, j’ai volontiers sauté sur l’occasion. Je venais de recevoir du secrétariat international de Ensemble pour l’Europe à Rocca di Papa la brochure en langue italienne – encore fraîchement imprimée.

Je savais que l’on ne devait pas profiter des audiences pour faire de la publicité, mais j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai expliqué, en espagnol, notre projet à Pape François ; je lui ai dit quelques mots sur le début de Ensemble et comment Dieu a opéré pendant ces 15 dernières années. Je lui ai présenté les Mouvements concernés, j’ai parlé du caractère œcuménique d’Ensemble et de notre désir qu’il apporte sa contribution vidéo pour la Manifestation. Le Pape a écouté avec beaucoup d’attention et, presque comme une confirmation, il a dit, avec un ton blagueur : « On veut le faire immédiatement ? » À la fin, j’ai encore pu parler avec son secrétaire, l’archevêque Gänswein, qui a confirmé que le réseau Ensemble pour l’Europe était connu et il a suggéré de répéter notre demande d’ici quelques mois par écrit. »

P. Heinrich Walter, Schönstatt-Bewegung