Ensemble pour une Europe ouverte et philanthropique

Ensemble pour une Europe ouverte et philanthropique

Lorsque l’«Ensemble pour l’Europe» a été lancé le 31 octobre 1999, jour de la signature de la Déclaration commune sur la doctrine de la justification, il y avait un climat d’espoir.

Un signal d’unité important a été émis, après près de 500 ans de séparation. Diverses communautés spirituelles et mouvements de l’Église protestante et catholique se sont réunis au Centre de vie œcuménique à Ottmaring pour réfléchir comment cette explication fondamentale pourrait être transmise. Cette explication devait avoir un impact sur la vie quotidienne et ne pas rester seulement un texte. Karl Barth disait que le chrétien doit porter la Bible dans une main et le journal dans l’autre.

Au fil des siècles, depuis la Réforme de Martin Luther et d’autres réformateurs, les chrétiens ont provoqué de graves conflits par les divisions et les conflits, et ils ont été incapables de remplir adéquatement leur mission d’être des outils d’unité et de paix. Les divisions étaient un triste signe de faiblesse face aux développements dramatiques qui ont atteint leur apogée au XXe siècle avec les deux guerres mondiales et l’abîme de la Shoah.

Néanmoins, les chrétiens ont toujours été des témoins crédibles. Jean-Paul II a dit dans l’annonce du Jubilé de l’an 2000 que l’Église de notre temps est redevenue, comme jamais auparavant, une Église de martyrs. Cela était un phénomène œcuménique, a dit le pape polonais, qui avait connu l’oppression de l’église dans sa propre biographie. Non seulement parce que cela affecte toutes les dénominations, mais aussi parce que les chrétiens ont déjà vécu une unité de souffrance dans les persécutions des goulags et des camps de concentration que nous devons encore construire. Andrea Riccardi a exposé de façon impressionnante cette histoire dans son livre “Sel de la terre, lumière du monde”.

Grâce à l’événement historique de la déclaration commune, une nouvelle histoire d’unité et de coopération devait commencer. Après tant de divisions et de violences venant d’Europe, les mouvements ont voulu aider à construire une Europe qui contribue à la paix, à l’hospitalité et à l’ouverture. La mondialisation a engendré une unité d’économie, d’argent et de communication, mais il manque l’âme, il manque l’unité des peuples et des cultures dans un vivre ensemble pacifique et ouverte. Ici, les mouvements ont reconnu une vocation, une seconde vocation en plus de celle du propre charisme.

Au cours des 20 années d’histoire commune, nous avons connu différentes phases. Il y avait une période d’euphorie avec l’union monétaire et l’expansion vers l’est en 2004, qui a été ressentie lors du premier grand congrès de Stuttgart. Les mouvements ont voulu renforcer et soutenir le processus d’unification européenne. Car, selon les convictions des pères fondateurs chrétiens de l’unification européenne, qu’on a célébrés au 60e anniversaire du traité de Rome en 2017, ce processus a besoin d’un fondement spirituel. L’Europe a besoin d’une âme, comme nous l’avons souligné à maintes reprises.

Aujourd’hui, le scepticisme s’est répandu en Europe. Il y a des tendances inquiétantes de repli, des murs sont construits, l’Europe devient une forteresse qui exclut et rejette. Une peur diffuse se manifeste dans toutes les sociétés européennes et saisit également les chrétiens. Cette peur dangereuse conduit à des nouveaux nationalismes, à la xénophobie et à l’antisémitisme, jusqu’aux mouvements d’extrême droite et fascistes qui influencent de plus en plus la politique européenne.

Par conséquent, la question de notre vocation en tant qu’ Ensemble pour l’Europe se pose en ce moment avec une nouvelle urgence. À mesure que la confrontation s’intensifie, les chrétiens et les mouvements chrétiens doivent approfondir leur vivre ensemble. Notre chemin est toujours caractérisé par l’hospitalité et l’ouverture. L’unité n’est possible que par l’ouverture, la connaissance mutuelle et l’accueil de l’autre. Surtout dans cette phase historique, l’audace et la prophétie des chrétiens sont nécessaires. Car les tendances actuelles dans nos sociétés européennes sont dangereuses et favorisent la violence ; les pauvres, les réfugiés, les étrangers et tous ceux qui vivent à la périphérie en souffrent le plus.

La journée de l’Europe, le 9 mai, pourrait être un moment opportun pour désigner la beauté et l’enrichissement de l’unité. Nous pouvons montrer que la diversité, l’ouverture, l’hospitalité et l’acceptation de l’étranger ne sont pas un danger, mais un enrichissement pour tous. Des sources de l’Évangile ont émergé de nombreux mouvements avec leurs propres histoires, vocations et charismes. Mais cela n’enlève rien à personne, au contraire, dans la rencontre nous nous sommes enrichis les uns les autres et nous avons approfondi notre propre charisme. Cette expérience est encore plus nécessaire aujourd’hui qu’il y a 18 ans, lorsque notre chemin commun a commencé à Ottmaring.

Pasteur Matthias Leineweber

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Leave a Reply