Introduction de Gérard Testard

L’Union Européenne est une organisation souvent mal aimée de l’opinion publique. Beaucoup d’hommes politiques ne manquent pas de la critiquer, souvent pour mieux se défendre de leur politique intérieure déficiente.

L’Union Européenne n’est pas exempte de défauts (abondance de normes, complexité, technocratie, éloignement vis-à-vis des peuples…)

Pourtant, grâce à l’union européenne, l’Europe est globalement en paix depuis plus de 70 ans. Robert Schuman est un des « pères de l’Europe » et c’est lui qui a lancé la construction européenne le 9 mai 1950 alors qu’il était ministre des affaires étrangères. Il était une personnalité reconnue, un catholique pratiquant avec une vie spirituelle profonde et faisant preuve de grande valeurs morales. Il sera l’homme providentiel pour œuvrer à la réconciliation franco-allemande, qui se montre un farouche opposant à l’esprit revanchard qui était toujours prêt à surgir. Il prend en cela le contre-pied total du traité de Versailles qui clôturait la Grande guerre.

Lorrain par sa famille, né au Luxembourg et ayant grandi en Allemagne il a toujours été attaché à la France. Il s’est défini comme « un homme des frontières » et il avait une vision pour l’Europe. Pour définir son idéal européen, il a rédigé un petit livre à la fin de sa vie reprenant ses discours et intitulé « pour l’Europe », publié l’année de sa mort en 1963, où il décrit le projet européen, sa vision de la démocratie.  L’essentiel des citations ci-dessous est tiré de cet opuscule.

Citations de Robert Schuman

L’Europe n’a pas été faite, nous avons eu la guerre. L’Europe ne se fera pas d’un coup ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait (Discours du 9 mai 1950)

Toutes les citations qui suivent sont tirée du livre « Pour l’Europe »

La contribution qu’une Europe organisée et vivante peut apporter à la civilisation est indispensable au maintien des relations pacifiques.

L’Europe, avant d’être une alliance militaire ou une entité économique, doit être une communauté culturelle dans le sens le plus élevé de ce terme.

L’unité politique de l’Europe ne signifie pas l’absorption de la nation.

Celui qui n’ose pas s’attaquer à ce qui est mauvais sait mal défendre ce qui est beau.

La démocratie doit son existence au christianisme. Elle est née le jour où l’homme a été appelé à réaliser dans sa vie temporelle la dignité de la personne humaine, dans la liberté individuelle, dans le respect des droits de chacun et par la pratique de l’amour fraternel à l’égard de tous. Jamais avant le Christ pareilles idées n’avaient été formulées.

Avons-nous  fait jusqu’ici fausse route ? Le résultat dépendra dans une large mesure de la valeur des hommes que nous avons en face de nous, du degré de leur sincérité, de la compréhension que nous pouvons escompter chez eux et chez leurs successeurs

L’idée d’une Europe réconciliée, unie et forte, doit être le mot d’ordre des jeunes générations.

L’Europe se fera une âme dans la diversité de ses qualités et de ses aspirations. L’unité des conceptions fondamentales se concilie avec la pluralité des traditions et des convictions, avec la responsabilité des choix personnels. L’Europe contemporaine devra être faite d’une coexistence qui ne soit pas un simple agglomérat de nations rivales, périodiquement hostiles, mais une communauté d’action librement concertée et organisée.

Les frontières conservent leur raison d’être si elles savent transférer leurs fonctions à un niveau spirituel. Au lieu des barrières qui séparent, elles doivent devenir des lignes de contact où s’organisent et s’intensifient les échanges matériels et culturels.

A propos de la déclaration du 9 mai 1950: «Je l’ai faite parce que je crois aux fondements chrétiens de l’Europe».

Gérard Testard

Print Friendly, PDF & Email

Leave a Reply