Ce qui nous distingue

Chiara Lubich, une des initiatrices d’Ensemble pour l’Europe, a parlé à plusieurs reprises de la communion entre les Mouvements et les Communautés de différentes Églises. Laissons-nous inspirer par cet extrait du discours qu’elle a prononcé à Munich, le 8 décembre 2001, devant les responsables de divers Mouvements catholiques et protestants.

Nous pouvons nous demander en premier lieu : Les Mouvements, sur le modèle de ceux que nous rencontrons dans les principales Églises, sont-ils des inventions imaginées par l’Esprit Saint uniquement pour notre époque ? Mais non ! – sommes-nous forcés de répondre – ils ont toujours existé, tout au long des temps, depuis la naissance du christianisme. Il suffit de jeter un coup d’œil sur notre histoire commune, au premier millénaire, et on les voit déjà apparaître. Pourquoi ? Nous le savons bien. Le christianisme est présent dans le monde par la foi et la Parole vécue. Et nous savons combien les premiers chrétiens ont vécu authentiquement notre religion. Mais nous savons bien aussi, qu’au fil des années, influencés par l’esprit du monde, tous les baptisés n’ont pas été cohérents avec leur foi. C’est alors que le christianisme s’affaiblit, se dilue et, vu qu’il ne peut s’éteindre (« La Puissance de la mort n’aura pas de force contre elle [mon Église] » Mt 16,18), l’Esprit Saint se trouve, pour ainsi dire, dans la nécessité de susciter dans l’Église de nouveaux et importants courants spirituels : ceux de Basile, d’Augustin, de Benoît, etc. Et bien d’autres ensuite, au cours du deuxième millénaire, comme celui de François d’Assise, qui ont eu pour tâche de ramener dans l’Église l’authenticité et le caractère radical de l’Évangile, et ainsi de la renouveler. C’est pour cette même raison que l’Esprit Saint a suscité aujourd’hui nos mouvements modernes. […]

Que s’est-il passé ? On a commencé à vivre la communion de cette manière. D’abord en priant les uns pour les autres ; en s’encourageant et en se soutenant dans les difficultés ; en faisant en sorte que les divers Conseils directeurs se connaissent entre eux ; en s’aidant concrètement quand il y a des besoins, par exemple de salles, de matériel… ; en participant et en collaborant à des manifestations des uns et des autres ; en donnant une place dans notre presse à la présentation des autres Mouvements, etc. […]

Il nous vient alors une question : comment pouvons-nous faire nôtre ce merveilleux plan de Dieu qui laisse prévoir dans l’Église une communion vivante de plus en plus vaste, malgré nos faiblesses et nos échecs ? La réponse est évidente : pour créer partout la communion, il suffirait de mettre en pratique le commandement nouveau de Jésus. […]

« Qui nous séparera de la charité du Christ qui nous a reliés ainsi entre nous ? ». Par notre vie de communion, qui donne au monde un témoignage, le nom de Dieu revient à la mode dans nos rues souvent transies par le matérialisme et la sécularisation. Dans nos maisons, dans nos écoles, sur nos lieux de travail, dans les administrations, nous donnons déjà notre témoignage, et surtout sur les frontières les plus avancées, les lieux où, en général, l’Église n’arrive pas avec les moyens normaux, mais où nos Mouvements sont souvent présents. C’est à cela que l’Esprit Saint nous a appelés et pour cela qu’il nous a particulièrement préparés. […]

C’est pourquoi ce qui devrait nous distinguer, vis-à-vis du monde, ce ne sont pas tant notre prière et toutes ces choses merveilleuses, les pénitences, les cérémonies, les jeûnes, les veilles, la conduite morale, etc., ce qui devrait nous distinguer, c’est uniquement notre amour réciproque, l’unité. Jésus l’a dit : « A ceci tous vous reconnaîtront pour mes disciples : à l’amour que vous aurez les uns pour les autres » (Jn 13,35). A cela, pas à autre chose, et il a dit aussi : « Qu’ils soient un afin que le monde croie » (cf. Jn 17,21).

Print Friendly, PDF & Email

Leave a Reply