Prière pour la Paix

Prière pour la Paix

En chemin avec les jeunes vers le 9 mai

Qui l’aurait cru ? Et pourtant, cela s’est produit. L’Europe est en guerre. Beaucoup de personnes manifestent dans les rues, prient dans les églises et les maisons, des millions d’autres fuient. Lorsque nous nous sommes interrogés sur le « leitmotiv » de la prochaine Journée de l’Europe, nous ne pensions pas alors que le désir inhérent au plus profond du cœur de tout homme serait aussi tragiquement d’actualité : la paix.

Témoigner de la diversité réconciliée 

Chaque nation, chaque peuple a une histoire et une culture riches, dans lesquelles il tente d’exprimer cette aspiration universelle au fil des siècles. L’événement que nous commémorons le 9 mai est né de la même volonté : après la Seconde Guerre mondiale, des hommes politiques clairvoyants se sont alliés pour construire un nouvel ordre en Europe. Même si le fruit de leurs efforts, l’Union européenne, ne reflète pas encore pleinement leurs intentions initiales, en ce moment tragique, nous, chrétiens, sommes appelés à veiller personnellement à la Paix que Dieu lui-même nous a donnée il y a 2000 ans. Continuons à prier, aidons concrètement ceux qui en ont besoin, et témoignons que la diversité réconciliée est possible !

Les Jeunes, bâtisseurs d’un avenir meilleur  

« Fais entendre ta voix ! » – peut-on lire sur le site web de l’Union européenne qui a désigné 2022 comme « l’Année européenne des jeunes ». « L’initiative, poursuit l’appel, mettra en lumière l’importance de la jeunesse européenne dans la construction d’un avenir meilleur : plus vert, plus inclusif et plus numérique ». Et maintenant, nous pourrions ajouter : « plus pacifique » ! Nous espérons que de nombreux jeunes feront entendre leur voix – également à l’occasion de la Journée de l’Europe – pour un continent où la diversité n’est pas un « message de guerre », mais une « invitation » à découvrir ensemble les voies d’un avenir commun vivable. Et ils le feront aussi en se souvenant de leurs camarades d’âge, victimes de cette guerre absurde.

Chemin de prière vers le 9 Mai  

Au cours des six semaines de préparation au 9 mai, des textes de prière préparés par nos groupes d’Ukraine, d’Irlande, de République tchèque, de Croatie, de Roumanie et de Slovénie nous accompagneront cette année. La « Déclaration Schuman » du 9 mai 1950 commençait par cette phrase : « La paix mondiale ne saurait être sauvegardée sans des initiatives créatrices à la hauteur des dangers qui nous menacent ». Ce message est plus pertinent que jamais.

Ilona Tóth

1_Priere-pour-la-paix-EpE_27.3.-2.4.2022_Ukraine
1_Priere-pour-la-paix-EpE_27.3.-2.4.2022_Ukraine_en-langue-originale
2_Priere-pour-la-paix-EpE_3.-9.4.2022_Irlande
3_Priere-pour-la-paix-EpE_10.-16.4.2022_Republique-tcheque
4_Priere-pour-la-paix-EpE_17.-23.4.2022_Croatie
5_Priere-pour-la-paix-EpE_24-30.4.2022_Roumanie
6_Priere-pour-la-paix-EpE_1-8.5.2022_Slovenie

Préparatifs à Padoue

Les participants à la rencontre des Amis d’Ensemble pour l’Europe, en novembre dernier, nous ont partagé l’expérience qu’ils ont vécue et les projets à venir.

En vue du 9 mai, fête de l’Europe, nous avons tous offert notre disponibilité pour organiser ensemble une Veillée de prière. Dès les premiers contacts, nous avons été surpris de trouver un grand intérêt pour le projet : de nouveaux groupes intéressés nous ont été signalés et nous avons pu tisser un éventail de relations.

Nous nous sommes tournés en premier vers l’Église locale pour créer en synergie l’événement du 9 mai. Puis nous sommes allés voir le prêtre responsable du centre universitaire et coordonnateur d’un « Festival biblique », qui aura lieu du 10 au 12 mai. Nous avons trouvé un grand accueil, car leur Festival a pour thème « la ville et la citoyenneté ». L’Europe était déjà un sujet à leur calendrier et nous avons donc proposé d’insérer la Veillée d’Ensemble pour l’Europe dans le programme du Festival.

Il nous a aussi été demandé de faire venir un expert de l’Europe pour parler aux jeunes ; et encore d’ouvrir un concours de photos avec des prix, pour des étudiants de l’école secondaire de Padoue et Province, sur le thème : « Jamais sans l’autre ». Le responsable du Festival nous a demandé d’insérer dans la soirée consacrée à l’Europe une courte vidéo sur l’histoire d’Ensemble pour l’Europe.

Nous avons parlé avec le responsable de la pastorale des migrants, qui nous a ouvert un monde inconnu : dans le diocèse de Padoue, il y a 110 000 immigrés, plus de la moitié sont chrétiens et sont suivis par quelques prêtres originaires de leur pays. Nous nous sommes retrouvés ensuite avec 12 prêtres de la pastorale des migrants : de l’Inde, du Sri Lanka, de Chine et d’Europe de l’Est, qui ont bien accueilli la proposition de la Veillée et de la soirée. Jamais nous n’aurions imaginé parler, dans un modeste presbytère, à une représentation aussi mondiale !

Nous avons fait la connaissance du responsable du Conseil œcuménique des Églises, un prêtre orthodoxe-roumain : participer à un Festival biblique est pour lui source de joie, parce que « c’est la Bible qui nous unit tous ».

Par la suite, nous avons rencontré le Conseil œcuménique presque au complet : les responsables des Églises grecque-orthodoxe, roumaine-orthodoxe, méthodiste et luthérienne. Nous avons décidé avec eux de garder la date du 9 mai pour faire la Veillée, en ouverture du Festival, dans l’église Sainte-Sophie, une très belle église romane de Padoue.

Toutes les personnes contactées font partie de la commission de préparation de la Veillée (désormais internationale et œcuménique), qui se terminera par un temps convivial avec des plats de divers pays.

L’équipe Ensemble pour l’Europe de Padoue

9 mai : Journée de l’Europe

La bonne intention et le nouvel engagement ne manquent pas

C’est le jour qui marque le début du processus d’intégration européenne car, le 9 mai 1950, Robert Schuman présenta le plan de coopération économique que l’on évoque comme la ‘Déclaration Schuman’. C’est aussi le jour qui marque, de facto, la fin de la seconde guerre mondiale, le lendemain de la signature de la capitulation nazie. D’autre part, toujours le 9 mai, il y la commémoration de la Journée de la Victoire de l’Union soviétique en 1945, de sorte que de nombreux pays d’Europe centrale et orientale sont devenus des pays satellites de Moscou.

C’est l’histoire d’un tronçon de terre, c’est l’histoire d’un bout d’humanité. Est-ce un jour de fête ? Oui et non. Mais en tout état de cause, c’est un jour historique, c’est un jour européen.

Dans les Pays membres de l’Union Européenne, ce jour-ci, les sièges des Institutions ouvrent leurs portes pour faire en sorte que le public ait l’occasion de mieux connaître cette grande “entreprise” contestée qui a, comme devise depuis l’année 2000 ‘Unie dans la diversité’. “Cette devise – pouvons-nous lire sur le site de l’UE – caractérise la manière dont les Européens se sont rassemblés, en créant l’Union européenne, pour œuvrer en faveur de la paix et de la prospérité, s’enrichissant ainsi des diverses cultures, traditions et langues du continent.” De nos jours, cette devise semble plus un défi qu’une expérience convaincante, même si la déclaration conjointe  des chefs d’état et du gouvernement, signée à l’occasion du 60ème des Traités de Rome, est encourageante : la bonne intention et le nouvel engagement ne manquent pas.

Nous, chrétiens d’Églises diverses, qui, par l’intermédiaire de nos charismes, travaillons dans nos Mouvements et nos Communautés pour une Europe plus fraternelle et plus unie, nous nous sentons concernés en ce jour européen. Tout d’abord parce que, dans le chemin d’Ensemble pour l’Europe, nous avons expérimenté que l’unité de la diversité est possible, mais elle a un secret : le socle commun que nous sommes tous des fils de Dieu, des frères parmi nous. Tout effort pour construire des rapports d’amitié et de fraternité dans nos petites et grandes communautés est précieux. C’est uniquement sur cette base que nos diversités deviendront un véritable don et une véritable richesse réciproque. Et ce qui fonctionne en petit peut s’étendre, dans l’espoir  que ce soit pour le bien d’un grand nombre de personnes.

Ilona Toth