L’espérance a-t-elle un avenir ?

On ne compte plus les recherches faites du point de vue religieux, social ou culturel sur l’avenir de notre continent. L’année européenne du patrimoine culturel y porte elle aussi un grand intérêt. Les Mouvements et les Communautés ont-ils une contribution spécifique à apporter ?

L’espérance a-t-elle un avenir ou bien notre monde s’est-il empêtré sans espoir dans des crises et des problèmes ? Si l’avenir a encore une chance, comment devrions-nous le nommer, ce nouveau monde ? Et n’aurait-t-il pas besoin du soutien de forces créatives émanant de la société, et même des religions ?

1. L’avenir a besoin d’espérance, si nous ne voulons pas rester englués dans la crise permanente actuelle et céder au désespoir.
2. L’avenir n’a pas seulement besoin de beaucoup d’espérance, mais le monde que nous espérons a aussi besoin d’un autre nom que celui de moderne, car l’évolution de la société moderne est sérieusement compromise et nous souffrons de multiples crises d’orientation. Si l’avenir doit être différent, au bout d’un développement vers quelque chose de meilleur, il y a la société dite post-moderne.
3. S’il en sort à la fin quelque chose de meilleur, cela dépend aussi de nouvelles forces créatives culturelles. C’est ici que pèse dans la balance la contribution des nouveaux Mouvements spirituels et aussi des nouveaux Mouvements sociaux. Avec leurs idéaux élevés, ils visent toujours un avenir et anticipent déjà en vue de celui-ci une partie du programme de la société et des Églises. Bref, ils montrent déjà aujourd’hui ce que pourrait être demain.

Les défis sont au nombre de deux : d’une part, nous sommes plongés dans une crise profonde du système de la société moderne. Il ne suffit plus maintenant de s’adapter en continu aux nouvelles situations : un changement radical de la civilisation moderne est en marche et exige de nous une nouvelle façon de penser et d’agir.
Le deuxième défi réside dans les nouveaux Mouvements spirituels eux-mêmes : leur foi, leur engagement et tout spécialement leur confiance sont extrêmement utiles sur le chemin qui nous conduira hors de la crise, parce qu’ils sont créateurs de cette nécessaire confiance en l’avenir. Mais les nouveaux Mouvements doivent se reconnaître comme des forces culturelles créatives plus fortement qu’ils ne l’ont fait jusqu’à présent et se comporter en conséquence. En un certain sens, ils doivent devenir davantage des Mouvements avec engagement social.

Il faut aujourd’hui regarder vers l’avant, autrement dit : se réconcilier avec l’avenir.

Les nouveaux Mouvements sociaux et encore plus les nouveaux Mouvements spirituels sont vraiment faits pour cela. Les visions de l’avenir leur appartiennent comme la carte d’adhésion à une organisation. Les Mouvements ne proposent pas seulement des alternatives concrètes pour d’autres orientations de vie, mais surtout ils élargissent des chemins étroits, aplanissent les difficultés. Voici l’exemple d’un individu moderne : à cause de cela, il se développe à nouveau en lui une personne sociale, ou religieuse, selon le Mouvement, avec des liens et des responsabilités dans son milieu de vie concret.

A cet égard, les nouveaux Mouvements spirituels doivent montrer qu’en tant que Mouvements spirituels, ils ne sont jamais seulement spirituels, mais ont toujours une portée sociale et qu’ils puisent dans la foi leur force créative culturelle. Alors ils dépassent même les nouveaux Mouvements sociaux, parce qu’ils ne se limitent pas comme eux à des thèmes spécifiques mais qu’avec Dieu et le monde, ils ont une portée illimitée. « L’Ensemble » des Mouvements spirituels et de leurs Églises est décisif pour cela : seule une Église réconciliée peut apporter une contribution crédible à la réconciliation. Cependant, un « Ensemble pour l’Europe » ne sera pas suffisant pour une réconciliation avec l’avenir. C’est un « Ensemble » pour le monde entier de demain qui est nécessaire.

Extrait du discours de Michael Hochschild : « La réconciliation avec l’avenir », Ensemble pour l’Europe, Munich, 1er juillet 2016

Prof. Dr. Michael Hochschild, directeur de recherche et professeur de la pensée postmoderne sur Time-Lab Paris / Institut d’Etudes et de Recherches postmoderne; a étudié l’éducation, la sociologie, la philosophie, la psychologie et la théologie à Hambourg, Francfort et Bielefeld.

Lire le discours intégral : 

2016 07 01 EpE M Hochschild La Réconciliation Avec L'avenir (22.4 KB, 150 downloads)

Munich 2016 – Finalement sur le web

Ça y est ! Grâce au travail de beaucoup de personnes, la documentation de l’événement, qui a eu lieu à Munich du 30 juin au 2 juillet 2016, est désormais entièrement sur le site web : photos, thèmes du congrès et de la manifestation sur la place publique.

Celle-ci est disponible en Anglais et en Allemand

Vous pouvez tout de suite feuilleté ces documents  en Anglais >

Vous pouvez tout de suite feuilleté en allemand :  en Alemand >

Vous pouvez aussi télécharger la version pdf en Anglais > ou en Allemand > 

Secrétariat d’Ensemble pour l’Europe

L’Europe sans la fraternité est impensable

Salle Capitulaire de l’église San Salvatore in Lauro, à Rome, 17 février 2017 : Ensemble pour l’Europe était présent au congrès de l’association « Città per la Fraternità » (Des villes pour la fraternité).

Après  le mot d’accueil de la présidente Milvia Monachesi ont eu lieu plusieurs analyses des potentialités et des problématiques du continent européen. Parmi les intervenants : Donato Falmi, ex directeur de la maison d’édition Città Nuova, Marco Filippeschi, maire de Pise et président de la Ligue pour les Autonomies, et Silvia Costa, députée européenne, alliance des socio-démocrates, actuellement coordinatrice de la Commission Culture et Instruction, qui a affirmé en conclusion qu’« une Europe sans la fraternité est impensable ».

Lors du thème : « Europe : Liberté, Égalité et… Fraternité ? – Quelle chance aujourd’hui », l’expérience d’Ensemble pour l’Europe, présentée par Diego Goller (Italie) et Ilona Toth (Hongrie) a mis en lumière l’action des Communautés et Mouvements de différentes Églises chrétiennes qui veulent apporter leur contribution à l’unité européenne, à partir de leur riche patrimoine spirituel et culturel.

« On dit que l’Europe s’unit en unissant les villes. C’est là, dans les villes, que se trouvent les vrais problèmes à résoudre, les vraies réponses à donner. On dit souvent : ‘’agir localement, penser globalement’’. Il vaudrait peut-être mieux dire qu’aujourd’hui il faut ‘’penser localement et agir globalement’’, parce que les idées naissent de la vie, du territoire, des périphéries, et parce que les causes des problèmes que nous rencontrons dans nos villes ont souvent leur origine au niveau global ». C’est ce que suggère Diego Goller. Se référant à Chiara Lubich,  il continue : « A propos d’Ensemble pour l’Europe, Chiara disait dès le début que c’est ‘’un ENSEMBLE qui, si on le traduit, signifie fraternité, tandis qu’Europe indique le côté politique, parce que nous servons un projet politique au sens large du terme’’ ».

« Au cours de ses 17 ans d’existence, Ensemble pour l’Europe a mûri son message qu’elle a exprimé dans la déclaration finale de « Stuttgart 2007 » sous la forme d’une série de ‘’OUI’’, afin que les villes soient des lieux d’accueil, ouvertes aux différentes cultures », poursuit Ilona Toth. Elle cite aussi Michael Hochschild, sociologue franco-allemand, professeur à Paris. A la question de savoir si l’espérance a encore un avenir, il a déclaré à la dernière Manifestation à Munich en 2016 : « La réponse, ce sont les Mouvements eux-mêmes, forces créatives à caractère social, sinon franchement religieux. Leur foi, leur engagement et surtout leur confiance sont très recherchés pour sortir de la crise de la société, parce qu’ils créent cette confiance nécessaire en l’avenir. Mais pour cela, les nouveaux Mouvements spirituels doivent se comprendre de manière encore plus forte désormais comme des forces culturelles formatives et se comporter en conséquence. D’une certaine manière, ils doivent devenir davantage des Mouvements sociaux ».

Elle cite aussi Alcide de Gasperi, un des pères fondateurs de l’Europe, qui a prononcé dès 1952 des paroles qui nous invitent aujourd’hui encore au dialogue démocratique : « Il faut choisir : ou bien parler, discuter, faire appel à la raison, aux capacités humaines, ou bien recourir à la force, à l’autorité, imposer la volonté d’une personne. […] Par le passé, nombreux ont été les conflits et les guerres dus à l’impossibilité de trouver un accord, de discuter, à l’impossibilité de se réunir en une assemblée et de traiter de paix. Ne vaut-il pas mieux que nous fassions un effort pour parvenir à la paix, pour avoir des institutions qui garantissent cette paix ? ».

« Merci de votre invitation, merci de cette chance pour nos synergies. Travaillons ensemble pour que nos maisons, nos communautés et nos villes soient des laboratoires de communion, d’amitié et de fraternité, capables  d’intégration, ouverts au monde entier » a déclaré en conclusion Diego Goller.

A la fin du Congrès, a eu lieu la cérémonie de la 8e édition du prix Chiara Lubich pour la Fraternité, remis cette année à la commune d’Assise, la ville où « 600 ans avant la déclinaison des trois principes de la Modernité forgés par la Révolution française (Liberté, Égalité et Fraternité), a résonné pour la première fois le mot Fraternité, grâce à François », comme indiqué dans la motivation du prix.

Voir aussi : www.cittaperlafraternita.org/europa-e-fraternita-binomio-impegnativo/

Video Congrès: //youtu.be/edJSuqMdDaI

Cela s’est passé ainsi…

Dans l’expérience que nous avons vécu au cours de l’événement d’Ensemble pour l’Europe à Munich du 30 Juin au 2 juillet , tout était présent : RENCONTRE avec des personnes très différentes, mais qui étaient toutes d’accord pour affronter ensemble le FUTUR. Les témoignages de RECONCILIATION nous ont montré qu’un parcours fait ensemble n’est pas une utopie. Compte tenu de tous se qui s’est passé entre temps dans la ville –et dans différentes parties du monde- le message de « Ensemble » est plus que jamais nécessaire et actuel.

Voici quelques échos parmi ceux qui en ont fait l’expérience (dans leur langue d’origine)
  • München zeigte ein tiefes echtes Gesicht eines Europa, das sich auf Gott und die Welt öffnet. Es wurde verständlich und erfahrbar: Miteinander geht es, Miteinander aller Charismen und Gaben. Der Glaube, die Liebe und die Offenheit führen zur Entängstigung…
  • Magnifique rassemblement avec le souffle des origines et qui ouvre un nouvel avenir pour Ensemble pour l’Europe. Une lumière et une espérance dans une Europe qui en a bien besoin! Remarquable organisation de nos amis allemands.
  • I am British and have always had a very strong sense of being European, and part of a positive process of unification. It was a challenge coming to Munich a week after Brexit, knowing that everyone would ask my opinion about it. I was initially very sad, but I know that being European and being Christian is a bigger idea than any particular political process or institution, and that unity will go ahead anyway. The positive attitude and support of a very impressive list of Christian leaders was very important and can only further this process. The young people present were a great witness to things already happening , and a hope for a better future.
  • Ho colto la profondità, il desiderio di continuare sempre più insieme per una nuova Europa nel cammino della pace costruita sui valori comuni del dialogo e dell’amore. Non abbiamo paura, andiamo avanti, nella certezza che Dio Amore ci precede sempre, a noi tutti gli sforzi, a Lui la gloria del Suo Amore passato dalle nostre azioni positive.
  • Das Podium „Zukunft der Gesellschaft – Auftrag und Verantwortung der jungen Generation“ erfüllte aber voll und ganz meine Erwartungen: Junge Leute, die von ihrem Glauben und ihrer Jugendarbeit innerhalb ihrer Gemeinschaft berichteten. Mir gefiel es sehr gut, mich endlich mit anderen Jugendlichen, die sowohl ähnliche als auch komplett verschiedene Ansichten als ich hatten, auszutauschen und zu diskutieren.
  • Ho capito che anche i piccoli come me possono fare qualcosa per l’Europa, nella stessa strada dei grandi, per iniziare questa unione spirituale dell’Europa, gli uni per gli altri.
  • Hi everyone, I did watch this wonderful event which was a wonderful way to involve people like me around the world in Unity with all ‘People of Good Will’. God’s choicest blessings on everyone who organised this and those who took part. We are meant to be together and not live selfish lives in isolation from our neighbour.
  • Il fatto che ci siamo trovati in un circo mi suggerisce che è importante mettersi in gioco come fanno i protagonisti del circo, giocarsi la vita  per essere di aiuto agli altri.
  • J’ai beaucoup apprécié ce moment à Munich. Maintenant avec toute l’équipe de Lyon nous nous engageons à diffuser ce que nous avons vécu. Bien avec chacun.
  • Insgesamt bin ich sehr dankbar für die Erfahrung der Veranstaltung in München und trage die Erlebnisse und Begegnungen noch lebendig in mir. Vor allem verbinde ich mich im Gebet Tag für Tag weiterhin mit allen, die dort waren, und habe die Hoffnung, dass das Wunder der Einheit der Kirchen eines Tages von Gott geschenkt wird. (…) Für alles, was bei der Kundgebung am Stachus auf der Bühne geboten wurde, kann ich nur meine Anerkennung aussprechen.
  • Anche l’aprire e chiudere l’ombrello (…) non ha distolto da un clima di unità, di gioia, di profondità che ho avvertito. Mi è sembrata la manifestazione della speranza.

En direct de Munich – 1er jour

Rencontre, réconciliation, avenir. Ce sont les maîtres mots de la quatrième édition de la rencontre internationale Ensemble pour l’Europe. Depuis 1999, 300 Mouvements et Communautés chrétiennes parcourent un chemin commun de réconciliation, de compréhension mutuelle et d’unité. Ici, à Munich, au Circus-Krone, 200 Mouvements sont présents et participent activement. Ils sont 1 700 membres, de 40 pays, réunis pour le Congrès des représentants des Mouvements, animés du désir de porter encore les valeurs chrétiennes dans les difficultés où se débat l’Europe.

Martin Wagner (YMCA Munich) a ouvert la rencontre : « Réconciliation sera notre mot-clef. Nous en avons besoin, nous voulons être des ambassadeurs de réconciliation : nous l’avons déjà expérimentée et là est notre avenir. Nous voulons partager, travailler ensemble pour l’unité et surtout contribuer, en tant que chrétiens, à soutenir les défis de l’Europe aujourd’hui ». Gerhard Pross (YMCA Esslingen) a salué ainsi les 1 700 participants : « Dieu veut que nous marchions ensemble vers l’unité ». Et le cardinal Walter Kasper : « 500 ans de division, c’est trop ! nous avons un engagement envers l’unité de l’Europe, sinon nous trahissons le Christ et, aujourd’hui, cette unité est d’autant plus importante que l’Europe est en danger ». L’évêque de l’Église évangélique Krause : « En 2007, nous avons signé le Manifeste pour une Europe unie et adhéré aux “7 OUI” : nous avions un rêve, nous avons prié Dieu et il nous a exaucés ». Sœur Lioba Ruprecht : « Nous devons construire la culture de l’alliance ». Hartmud Steeb, de l’Alliance évangélique : « Ce dialogue commun a commencé dans les années 90. Dieu lui-même a prié pour l’unité. Rencontre, espérance et avenir sont les mots qui vont nous accompagner ces jours-ci ».

L’après-midi, 19 forums ont rassemblé les participants autour des questions les plus brûlantes de notre continent : responsabilité sociale, intégration, économie, œcuménisme, défis pastoraux, les jeunes et l’Europe, mariage et famille, réconciliation, évangélisation, etc. Temps de partage d’expériences, d’idées et de projets, mais aussi d’un fort témoignage de foi. Dans le forum « Prix et valeur de l’unité », le cardinal Kasper a affirmé que la difficulté d’une authentique réconciliation constitue un des obstacles majeurs pour le mouvement œcuménique. Le pardon est nécessaire pour pouvoir poursuivre le chemin ensemble.

« La réconciliation est une tâche difficile – a ajouté Walter Kriechbaum, de l’YMCA de Munich – mais c’est par elle que nous guérirons et deviendrons porteurs d’unité ».

Après le Brexit : Ensemble pour l’Europe devient un signe prophétique

Après les nouvelles de vendredi matin, au lendemain du « Brexit », les responsables du Comité d’Orientation d’Ensemble pour l’Europe s’expriment à l’unisson : le Congrès européen qui aura lieu les 30 juin et 1er juillet, et la Manifestation du 2 juillet sur la Karlsplatz, dans le centre de Munich, acquièrent dans ce contexte un nouveau relief, une signification plus ample.

Le père Heinrich Walter, du mouvement Schönstatt se montre à la fois bouleversé et déterminé : « Dorénavant, Ensemble pour l’Europe devient encore davantage un signe d’espérance contre toute espérance. L’origine chrétienne est déterminante en ce qui concerne l’identité. Sur le fond historique de cette semaine, Dieu lui-même fait d’Ensemble pour l’Europe un signe prophétique. »

Gerhard Pross, de l’YMCA d’Esslingen, et porte-parole de l’initiative en Allemagne : « Désormais, il est d’autant plus important que de Munich parte un signe clair pour un Ensemble pour l’Europe – un signe de la communion – contre les égoïsmes et les peurs de notre temps. Il me semble significatif que ce soient le pape François, Andrea Riccardi et Jeff Fountain qui prononcent une parole décisive pour l’Europe et non pas les politiques. »

Et depuis Rome, Maria Voce, présidente du mouvement des Focolari : « Ce referendum confirme que l’Europe unie, ce n’est ni la politique, ni l’économie qui la font, mais les valeurs partagées par les Européens. Ensemble pour l’Europe ne pouvait tomber à un meilleur moment. »

 

Une appréciation encourageante

Nous avons reçu un nouveau parrainage pour le prochain évènement qui se déroulera à Munich en juillet prochain.

Avec des paroles d’encouragement et d’appréciation pour cette initiative, le président du Parlement Européen Martin Schulz, met l’événement « Rencontre. Réconciliation. Avenir » sous le patronage du Parlement Européen.

Il souligne dans sa longue lettre l’importance d’un engagement commun en faveur de la solidarité et de la paix, de la tolérance et du dialogue, du sentiment d’appartenance à l’Europe et d’une citoyenneté active.

C’est le troisième patronage reçu des Institutions européennes, avec celui du président de la Commission Européenne, Jean-Claude Juncker, et celui du secrétaire général du Conseil de l’Europe, Thorbjørn Jagland.

C’est un appel à s’engager pour contribuer à réaliser notre « rêve » d’une Europe unie et multiforme, avec une cohésion sociale forte dans la multiplicité culturelle. Nos différences ne doivent plus être des motifs de peur ni de séparation. Nous vivons pour une Europe qui ne les supprime pas, mais les redécouvre comme des richesses, les développe et les harmonise… >QUELLE IDÉE AVONS-NOUS DE L’EUROPE ?

logo

Foto: Ulz

Messages-vidéo et patronage de l’Union Européenne

Par des messages personnels, des chefs religieux apportent leur soutien au réseau Ensemble pour l’Europe pour le 2 juillet 2016. La Commission européenne et le Conseil de l’Europe confirment leur patronage.

Au cours des dernières semaines, le Vatican et le Phanar d’Istanbul ont confirmé officiellement que le pape François et le patriarche œcuménique Bartholomé 1er adresseraient un message-vidéo personnel pour la grande Manifestation œcuménique du réseau Ensemble pour l’Europe, le 2 juillet à Munich>

Début septembre, lors d’une audience privée, le père Heinrich Walter, du Mouvement de Schönstatt, et en tant que représentant du Comité d’Orientation international d’Ensemble pour l’Europe, avait remis au pape la brochure d’information pour la Manifestation à Munich, en lui demandant un message-vidéo. « Voulez-vous qu’on le fasse tout de suite ? », avait demandé le chef de l’Église catholique avec un clin d’œil. Désormais, la confirmation officielle est arrivée du Vatican que le message-vidéo est en préparation.

En novembre dernier, lors d’une rencontre personnelle avec le patriarche Bartholomé 1er, Maria Voce, Diego Goller et Gerhard Pross, du Comité d’Orientation international, l’avaient invité au rassemblement de Munich. Vu qu’il ne pourra être présent à cette date, il avait promis d’envoyer un message, ce qu’il a confirmé il y a quelques jours lors d’une rencontre privée avec les Focolari d’Istanbul.

Ces deux chefs religieux apprécient et soutiennent le travail des Communautés et des Mouvements spirituels et encouragent l’initiative d’Ensemble pour l’Europe.

Le président de la Commission Européenne, Jean-Claude Juncker, et le Secrétaire général du Conseil de l’Europe, Thorbjørn Jagland, apportent leur soutien à la Manifestation en accordant leur patronage.

Pour plus d’informations télécharger Communiqué de presse II: Messages-vidéo du pape et du patriarche

COE-Logo-Quadrilogo_en

Une étape importante au Transtévère

Le Comité d’Orientation en pleine préparation à J-85 de la rencontre de Munich

Le quartier du Transtévère, à Rome, fourmille de monde… touristes, familles, enfants, personnes âgées, toutes plus ou moins affairées… Seule la présence de deux soldats en armes exprime tacitement que cette ville est au cœur d’une Europe qui vit une situation inimaginable il y a encore quelques années. Se détachant de la foule, quelques personnes se dirigent vers une humble porte, l’entrée de la Communauté Sant’Egidio à Rome. L’ancien couvent des Carmélites – comme un pont entre anciens et nouveaux charismes – accueille les membres du Comité d’Orientation qui se réunissent pour deux journées de travail en vue du prochain grand événement organisé par Ensemble pour l’Europe à Munich, en Allemagne, du 30 juin au 2 juillet 2016.

Une des premières à arriver est Maria Voce (Emmaüs), présidente du Mouvement des Focolari. Elle est accueillie affectueusement par tous et en particulier par Marco Impagliazzo, le maître de maison, président de la Communauté hôte. La joie grandit au fur et à mesure de l’arrivée des amis venus d’Allemagne, de France et de Belgique, tous prêts à mettre de côté leurs soucis pour partager ensemble la responsabilité d’avoir déjà expérimenté que l’unité dans la diversité est possible. Attention, écoute, partage, franchise dans le travail complexe sur les programmes, rendu possible grâce au précieux support du secrétariat et des traducteurs.

La participation commune à la prière du soir de la Communauté Sant’Egidio dans la basilique Sainte-Marie en Transtévère, accompagnée de chants harmonieux, semblait illustrer les paroles de Maria Voce : ce que fait une Communauté ou un Mouvement, c’est comme si tous les autres le faisaient.

Les dernières heures sont intenses, le calendrier est plein, l’avion décolle… Le challenge reste le même pour la rencontre de Munich et les journaux télévisés annoncent encore bien peu de bonnes nouvelles… Tous repartent convaincus plus que jamais que le réseau vivant des Communautés et Mouvements en Europe apportera toujours plus sa contribution à l’avenir du continent.

Ilona Toth