Author Archives: Beatriz Lauenroth

Une bouffée d’air frais à Ensemble pour l’Europe

Une bouffée d’air frais à Ensemble pour l’Europe

Le Comité d’Orientation d’Ensemble pour l’Europe (EpE) à Munich 

Pour leur réunion annuelle, les vingt membres du Comité d’Orientation et quelques invités ont été accueillis par les YMCA de Munich (Allemagne), du 27 au 29 april 2022.

Une bouffée d’air frais a été apportée à la réunion par des jeunes adultes de l’ENC (European Network of Communities), des YMCA, des Focolari et du Mouvement Schönstatt, qui ont réfléchi à l’avenir d’Ensemble avec la première génération du réseau. Les invités ont accompli leur tâche avec sensibilité et respect. Mária Špesová (ENC), de Slovaquie, a déclaré : « Je vois dans EpE quelque chose de sacré qui s’est développé en plus de 20 ans. Je veux entrer sur la pointe des pieds dans sa riche histoire ». Et Georges El Hage (de Syndesmos) : « Ici, je peux exprimer mes pensées librement et je sens que les gens m’écoutent. Nous sommes accueillis avec une grande confiance ».

Programme

De nombreux élans spirituels, des prières et un échange d’idées animé ont alterné dans le programme de ces journées. Le thème récurrent était la guerre en Ukraine. Le premier soir, plusieurs personnes d’Ukraine, de Hongrie, de République tchèque, de Slovaquie, de Roumanie, d’Italie, de Pologne et de Slovénie se sont connectées via zoom et ont fait part des actions humanitaires qu’elles vivaient. « Une nouvelle Europe de la solidarité est en train de naître ici » a réagi un participant italien. Et Zsuzsanna Klemencz (Sant’Egidio/Hongrie) : « Nous devons nous désarmer et laisser les autres nous désarmer. Comment ? En mettant de côté notre arrogance et notre haine ». Cela veut dire un désarmement authentique, a déclaré le Hongrois, et ainsi émergera un « peuple de paix », désarmé pour gagner la guerre. François Deloors (Sant’Egidio/Belgique) a ajouté : « C’est l’attitude que nous essayons de pratiquer entre nous encore et encore, et ainsi, en tant qu’EpE, nous pouvons l’offrir à l’Europe et au monde ».

Porto 2022 et Timisoara 2023

« Je me sens ici chez moi », a déclaré Clotilde Pestana, du mouvement Schönstatt, qui s’était rendue à Munich avec un autre membre du Comité national portugais pour aider à préparer la « Rencontre des Amis » de novembre 2022 à Porto. « Le Portugal a beaucoup à donner à l’Europe : ouverture, hospitalité, une culture riche ». Ce ne sont là que quelques-unes des raisons pour lesquelles la Rencontre des Amis de 2022 se tiendra dans le pays le plus occidental de l’Europe.

En 2023, la Rencontre des Amis aura lieu en Roumanie à Timisoara. Ilona Toth du Comité d’Orientation a fait état de nombreuses conversations et réunions. La rencontre avec le monde orthodoxe et la multiculturalité de l’Europe de l’Est, entre autres, demandent une préparation particulièrement approfondie.

Témoins de ce monde

Face aux grandes souffrances en Europe et dans le monde, il est apparu de plus en plus clairement au cours de la rencontre que EpE est appelé à porter « l’incomplétude » et à descendre dans les fractures de l’humanité que sont l’injustice, la haine et la guerre. « Mais – a souligné Thomas Römer, des YMCA de Munich – nous vivons très probablement un changement d’époque, un bouleversement d’époque, pour ainsi dire. Ne laissons pas le mal l’emporter, mais vainquons-le par le bien ».

Mort et résurrection vont de pair dans l’histoire de l’humanité, a noté Thomas Römer en conclusion, avant d’introduire le renouvellement solennel du pacte d’amour réciproque sur la base de l’Évangile selon saint Jean (13,34). Dans la rencontre fraternelle et avec le Seigneur ressuscité au milieu de tous, EpE est sans cesse un témoignage d’espérance pour notre monde.

Beatriz Lauenroth

Photo: Diego Goller / Photo de groupe: Thomas Barthel, YMCA Munich

France : Marche transfrontalière et les « 7 OUI »

France : Marche transfrontalière et les « 7 OUI »

Le 8 mai 2022, de Strasbourg à Kehl à pied – Une marche transfrontalière

Ensemble pour l’Europe en collaboration avec les paroisses protestantes et catholiques de Kehl vous invitent à venir nous rejoindre pour une marche transfrontalière et une prière œcuménique.

Dans une actualité bien sombre nous voulons garder confiance. Depuis ses débuts, la construction européenne nous encourage et nous donne espoir pour tous les peuples du monde.  Depuis la réconciliation des ennemis de la seconde guerre mondiale nous avons construit ce projet unique dans notre histoire.  Confrontés au spectre de la guerre et de la division du continent, redisons avec force notre foi en une Europe de paix, qui promeut la solidarité et défend la démocratie.

Programme

17h00: Rassemblement sur la place entre la Chapelle de la Rencontre et l’église Ste Jeanne d’Arc (Tram D, arrêt Port du Rhin)
17h15:  Départ de la marche en direction de Kehl (1,5 km)
17h45: Arrivée à la Friedenskirche, Kehl – Prière œcuménique, suivie d’un verre de l’amitié (masque obligatoire dans l’église)
19h00: Fin

Télécharger le dépliant:

Affiche Journée de l'Europe Strasbourg Mai 2022 (991.9 KB, 5 downloads)

 

Journée de l’Europe à Lyon, lundi 9 mai 2022

Une soirée de témoignages et de prières autour des « 7 OUI » à l’Europe.

Télécharger le dépliant:

Journée de l'Europe Lyon 9 Mai 2022 (190.8 KB, 0 downloads)
Initiatives d’espérance

Initiatives d’espérance

La paix en grand danger: l’Europe prie et espère encore

Les initiatives de prière se multiplient sur tout le continent européen pour demander la paix, en partant des pays les plus directement concernés.

Notre réseau Ensemble pour l’Europe s’est mobilisé lui aussi dans ce sens et a adhéré à ce grand courant de prière pour la paix.

Nous vous signalons ici une initiative: une soirée de rencontre, de compréhension et de prière. Nous nous retrouverons avec quelques frères et sœurs ukrainiens, pour les écouter et prier avec eux pour la paix (en allemand et en anglais).

Mercredi 2 mars, de 19h à 20h 30 (CET), par zoom

(Inscription nécessaire à cette adresse : mfe2021@web.de)

Beatriz Lauenroth

François D'Assise (94.9 KB, 7 downloads)

Photo: Ilona Toth

Développer la culture de la rencontre

Développer la culture de la rencontre

La rencontre annuelle des Amis d’Ensemble pour l’Europe (EpE) 2022 aura lieu à Porto, au Portugal.

Du 10 au 12 novembre 2022, la rencontre annuelle des Amis d’EpE aura lieu au Portugal. Les Amis portugais invitent les Amis qui font partie des 45 Mouvements européens d’EpE dans la belle ville de Porto, un joyau architectural baigné par le Douro, entre l’Atlantique et les montagnes.

Le pays le plus occidental de l’Europe ouvrira son cœur et ses portes pour accueillir les participants du congrès. « Nous voulons promouvoir le dialogue pour découvrir ensemble comment réaffirmer la solidarité et la fraternité entre tous les peuples – affirme Clotilde, membre du Mouvement Schönstatt – et pour faciliter la connaissance réciproque, nous nous plongerons ensemble dans l’histoire et la culture de notre pays. »

Pourquoi spécialement Porto ? « Pour les touristes, Porto est la ville du célèbre vin de Porto. En 1996, elle était la capitale du patrimoine culturel mondial. C’est aussi la ville des ponts, symbole de lien entre les différents pays », explique en souriant Ana Lùcia, de la Communauté de l’Emmanuel.

Plus encore – et cela intéresse tout particulièrement les Amis d’EpE – en raison de son climat œcuménique. « A Porto sont présentes sept Églises (catholique romaine, anglicane, lusitanienne, méthodiste, luthérienne, russe orthodoxe et grecque orthodoxe) en dialogue œcuménique ». Il y a aussi des contacts avec la communauté de Taizé. « Il n’y a pas de meilleur endroit pour construire l’unité et en faire l’expérience », soulignent José Antonio et Maria Eugénia, du Mouvement des Focolari.

Quelles valeurs vivre sur place ? Maria da Conceiçao, du Mouvement Cursillos répond : « Nous pouvons offrir au reste de l’Europe par exemple une expérience de communauté où l’on vit de façon spontanée la proximité et l’aide réciproque, fondée sur l’Évangile ». La famille est le lieu privilégié de transmission de la foi. En novembre, ce sera aussi l’occasion de rencontrer des représentants des jeunes générations pour un échange plus approfondi sur la façon dont ils affrontent les défis d’aujourd’hui sur la base de leur foi, par exemple le problème de la migration, de l’écologie, etc.

Liliana (Verbum Dei) et Filomena (Institution Thérésienne) expriment les désirs de chacun : « En novembre prochain, nous voulons développer avec nos amis la culture de la rencontre, caractéristique d’EpE. Nous voulons devenir toujours davantage des ‘’constructeurs d’espérance’’, comme l’a dit Gerhard Pross en novembre 2021 ». C’est le défi de la ‘’diversité réconciliée’’ (Margaret Karram). Assurément, à Porto, nous avancerons dans cette direction.

Beatriz Lauenroth

Co-fondateurs d’une Europe moderne

Co-fondateurs d’une Europe moderne

La conférence européenne sur l’avenir du continent

Comment réunir 446 millions de personnes pour échanger leurs idées ? La Commission européenne et le Parlement européen ont créé une plateforme numérique pour connecter les citoyens européens. La conférence vise à formuler de nouvelles réponses pour l’avenir de l’Europe d’ici 2022 et à définir les prochaines étapes de l’intégration européenne.

Cette conférence est un signe des temps. L’avenir de l’Europe n’est pas seulement entre les mains des politiques, mais il est plus que jamais de la responsabilité de chaque personne.

Le dialogue entre les citoyens européens a débuté le 19 avril 2021 sur la plateforme en ligne futureu.europa.eu. Les sujets sont collectés, évalués et publiés dans 24 langues officielles, et des propositions de réforme sont également soumises et discutées.

Les sujets sont répartis en 10 catégories :

  • Changement climatique et environnement
  • Santé
  • Une économie plus forte, justice sociale et emploi
  • L’UE dans le monde
  • Valeurs et droits, état de droit, sécurité
  • Transformation numérique
  • Démocratie européenne
  • Migration
  • Éducation, culture, jeunesse et sport
  • Autres idées

La conférence se poursuivra jusqu’au printemps 2022, date à laquelle une commission résumera les résultats finaux dans un rapport et examinera comment les mettre en pratique.

Ensemble pour l’Europe vous invite à participer à la conférence, que ce soit à titre personnel, ou en tant que groupe dans une ville ou en tant que comité national. De cette manière, des idées, des souhaits et des propositions concrètes pour l’avenir de l’Europe peuvent être exprimés sur la base de l’expérience d’Ensemble pour l’Europe, riche de valeurs chrétiennes.

Pour plus d’informations : futureu.europa.eu

Beatriz Lauenroth

Photo: Pixabay.com

Se connaître pour aimer

Se connaître pour aimer

Journée de l’Europe 2021 – Voyage en ligne

Empathie, contemplation et action, « ora et labora » : quelques-uns des mots clefs de la Journée de l’Europe 2021, organisée par une quarantaine de mouvements chrétiens du réseau œcuménique Ensemble pour l’Europe.

L’EUROPE A BESOIN DE COHÉSION, D’ESPÉRANCE ET D’INSPIRATION

« L’Europe se construit et se maintient en célébrant ses fêtes ». Ainsi s’est exprimé Luigino Bruni, professeur d’économie politique à la LUMSA de Rome le 9 mai dernier, journée de l’Europe, lors de son intervention en visioconférence « Pour la terre et pour l’homme ». Depuis toujours, la fête est signe d’identité collective, affirme-t-il devant un millier de participants connectés en Italie. En ces temps de pandémie, l’Europe a plus que jamais besoin d’être ensemble, d’espérer, de se laisser inspirer. Il souligne encore : « Ma vie a été souvent inspirée par Ensemble pour l’Europe… une des inspirations les plus importantes et prophétiques du nouveau millénaire ».

Cliquez ici pour voir l’événement>>

LE DIALOGUE – LA VOLONTÉ D’ACCUEILLIR L’AUTRE

A Graz (Autriche), une rencontre par Zoom a réuni 200 citoyens européens d’Italie, Croatie, Tchéquie, Slovaquie, Slovénie, Hongrie et Autriche. Mme Petra Steinmair-Pösel, professeur à l’université d’Innsbruck (Autriche), a parlé de l’importance du dialogue pour l’Europe. Il n’est ni discussion, ni débat, mais disponibilité à accueillir l’autre, affirme-t-elle. « Le dialogue nous rassemble. Le monde attend de nous [chrétiens] de la compassion, des solutions aux problèmes des migrations, de l’écologie et de la crise du sens ». Par où commencer ? « Par nous-mêmes, en écoutant et en respectant l’autre différent de moi et avant tout en apprenant de lui. »

LES EUROPÉENS DEVRAIENT FAIRE PREUVE DE PLUS DE CONFIANCE EN EUX

En France, Jean-Dominique Giuliani, président de la fondation Robert Schuman, a demandé aux Européens d’avoir une meilleure estime d’eux-mêmes, désirant leur transmettre optimisme et enthousiasme. « L’Europe ne se construit pas en un jour, mais ensemble nous sommes forts. Nous avons la même monnaie, nous avons le marché commun, nous sommes tous engagés dans l’écologie. Notre système de santé est appréciable. »

Cliquez ici pour regarder l’enregistrement complet>>

UN DIALOGUE SUR LA BASE DE L’ENCYCLIQUE SOCIALE « FRATELLI TUTTI »

Dans la « Chapelle pour l’Europe », Ensemble pour l’Europe en Belgique a invité l’évêque de Liège, Mgr Delville, et l’eurodéputée flamande Cindy Franssen. Dans un vif dialogue basé sur l’Encyclique sociale du pape François « Fratelli tutti », tous deux ont souligné l’importance d’une créativité nouvelle, contemplative et en même temps active. « Ça suffit ! Il est temps de changer ! », c’est le cri d’alarme des jeunes de Sant’Egidio, qui ont présenté leur action #sauvonsnosaines. Particulièrement en cette période de pandémie, ils veulent prêter leur voix et apporter leur soutien aux anciens.

Cliquez ici pour regarder l’enregistrement de l’événement>>

L’EUROPE, TERRE D’ACCUEIL DES NOMADES NUMÉRIQUES DE LA GÉNÉRATION Y

La fête du 9 mai 2021 a aussi été l’heure des jeunes adultes présents dans Ensemble pour l’Europe. Ils ont raconté leurs actions concrètes dans leurs pays et mouvements respectifs et ont montré leur professionnalisme dans divers domaines de la société : le droit (Allemagne), l’écologie (Italie, Autriche), la politique (Belgique, France), le souci des anciens (Belgique), des réfugiés et des marginaux (Hollande, Grèce, Allemagne). Pour la « génération Y », née à la fin du siècle dernier, l’Europe est leur maison, ils s’y déplacent librement, ordinateur sous le bras, en « nomades digitaux ». Un jeune Hollandais a dit : « En Europe, nous avons la possibilité de bien nous connaître et d’être ensemble, même si nous sommes loin. C’est important, parce qu’il faut bien se connaître pour pouvoir s’aimer ».

La fête de l’Europe 2021 a été soutenue par la prière de beaucoup. Les jeunes se sont réunis pendant une heure avec « My Europe – We pray for Europe ». En Tchéquie, une neuvaine de prière en vue du 9 mai a rassemblé le Mouvement de Schönstatt, la communauté Sant’Egidio et le Mouvement des Focolari présents dans le pays. En Suisse, où le 9 mai ne revêt pas de signification particulière, les chrétiens de plusieurs mouvements ont préparé six soirées de prière pour demander à Dieu force et miséricorde en ce temps difficile de pandémie mondiale. Et dans le GospelHouse de Klagenfurt (Autriche) s’est déroulée une soirée œcuménique de prière autour des « 7 OUI ».

Beatriz Lauenroth

Photo: Ursula Haaf (©Together for Europe)

Un signe fort d’espoir en temps de pandémie

Un signe fort d’espoir en temps de pandémie

Vers la Journée de l’Europe 2021

Du 7 au 9 mai, Ensemble pour l’Europe (EpE) se présentera par une série d’événements. Des juristes, des théologiens et des membres du Parlement européen côtoieront des élèves, des étudiants et des adultes de diverses disciplines, pour échanger sur la situation du Continent et trouver des solutions concrètes aux problèmes auxquels le monde est confronté aujourd’hui.

Du 7 au 9 mai, plus de 50 Communautés et Mouvements Chrétiens partageront leurs initiatives en faveur de leurs frères et sœurs en difficultés : sensibilisation à travers des forums et tables rondes, chaînes de prière au niveau européen, mais aussi des activités concrètes telles que des actions environnementales (par exemple le ramassage de déchets pour protéger l’environnement). « Nous voulons montrer la beauté du message chrétien de manière concrète ! » – Ce sont les mots d’un membre belge du groupe de préparation.

Des jeunes et des jeunes adultes de différents Mouvements, Communautés et pays européens donnent dans un court clip vidéo>> leur vision de l’Europe : « My Europe » et le 9 mai, ils se réuniront pour prier>>.  En outre, ils explorent, dans le cadre d’un webinaire, les racines chrétiennes du « des autres » >>.

En Italie, EpE se présente en ligne avec un riche symposium « Pour la Terre et l’Homme » >>.

Le groupe autrichien travaillera en réseau avec la Croatie, la Slovaquie, la Slovénie, la Hongrie et l’Italie pour mieux se connaître et approfondir « Une conversation qui nous unit tous » .

Dans la « Chapelle pour l’Europe » à Bruxelles >> 13 Mouvements chrétiens d‘EpE proposent une réflexion commune au niveau politique et ecclésial.

Le président de la Fondation Robert Schuman interviendra lors de la conférence organisée en France>>.

Des jeunes et des adultes se réunissent autour de différents thèmes également aux Pays-Bas>>, en Allemagne>>, en la République tchèque>>  et en Suisse>>.

Aux soins de Beatriz Lauenroth

À Bruxelles, à la Chapelle pour l’Europe

À Bruxelles, à la Chapelle pour l’Europe

En Belgique, à la Chapelle pour l’Europe, à Bruxelles, différents Mouvements d’Ensemble pour l’Europe préparent un événement, le 8 mai 2021, de 16h00 à 17h30, qui sera diffusé online, à l’occasion de la Journée de l’Europe.

La vidéo restera en ligne sur le YouTube de la Chapelle pour l’Europe
Voici le lien direct à la vidéo: //www.youtube.com/watch?v=01tvdG6uB7c


Le lien aux traductions ( (textes) : vers le français>>     vers le néerlandais>> 


N’hésitez pas à nous faire part de vos réactions : ensemble.samen@skynet.be
Vos avis sont importants pour nous.
Le comité belge d’Ensemble pour l’Europe vous en remercie

 

Le thème en sera “Unité et Réconciliation”.

Le programme prévoit l’intervention de Mgr Delville, évêque de Liège, et d’une Europarlementaire belge, Cindy Franssen. Ils approfondiront divers aspects de la dernière encyclique du Pape François Fratelli tutti.

Différentes initiatives émanant de plusieurs communautés et mouvements, notamment en faveur de nos frères dans le besoin en Belgique, seront ensuite présentées. “Nous voulons montrer la beauté du message chrétien !” C’est ainsi que s’est s’exprimé un membre du groupe préparatoire.

La troisième partie sera consacrée à la prière.

Télécharger l’invitation (disponible en français et en néerlandais)

Invitation-10 FR (1.7 MB, 62 downloads)
Invitation-10 NL (1.2 MB, 55 downloads)

Photo : Wikipedia, auteur : ©Fabre

Le 9 mai en Hollande

Au cours d’une session vidéo, nous tenterons de répondre à ces questions :

Comment est née l’idée de la Journée de l’Europe ?
Où est l’âme de l’Europe ?
Que nous dit l’Europe aujourd’hui ?

 

Nous aborderons ensemble ces sujets et d’autres encore. Jeff Fountain, du Centre Schuman pour les Études Européennes d’Amsterdam, fera partie des participants.

Pour s’inscrire, écrire à beatriz.lauenroth@together4europe.org.

Beatriz Lauenroth, du comité Ensemble pour l’Europe de Hollande

Traverser l’Europe en un jour

Vivre le 9 mai 2020 en ligne : En raison du Covid-19, tous les événements prévus pour la Journée de l’Europe – dans laquelle est engagé Ensemble pour l’Europe – se sont déroulés en ligne. Pour les forums, les conférences, la prière et les chants, Ensemble pour l’Europe était relié avec des personnes de tout le continent.

Italie

En Italie, plus de 900 amis d’Ensemble pour l’Europe ont mis le pays en réseau par une conférence zoom. Le thème « Écologie intégrale : une utopie soutenable pour l’Europe » a été illustré en deux interventions sur la façon de travailler en vue d’un présent et d’un avenir meilleurs de la planète, en respectant la nature et les personnes. La rencontre s’est terminée par une prière œcuménique avec les représentants de nombreuses Églises et communautés et par le renouvellement de la promesse d’amour réciproque, que l’on appelle le « pacte » ( comparez Jn. 13,34 ).

Pays-Bas

Aux Pays-Bas, deux conférences ont eu lieu, à partir d’Utrecht et d’Amsterdam. « Utrecht en dialogue » et « Pax » ont permis, par petits groupes en ligne, un vivant échange d’idées sur l’Europe, avec la participation d’un public jeune.

Le « Centre Schuman » a échangé sur la situation du continent. Il y a soixante-dix ans, Robert Schuman annonçait son plan pour jeter les fondements de la Maison Europe avec ses cinq cents millions d’habitants. Jeff Fountain, fondateur du Centre Schuman qui a maintenant dix ans, a conclu le forum par une prière insolite. Sur la musique de l’hymne européen l’Ode à la joie, il a chanté en anglais : « Avec la vision devant nous d’une vraie communauté / De tous les peuples européens, riches dans la diversité / Prions et œuvrons ensemble pour la solidarité / Paix, égalité, liberté, fondées dans ta charité ».

Autriche et Europe de l’Est

La ville de Graz a réuni six pays pour un échange d’expériences. Les « Amis d’Ensemble » en Autriche, Slovénie, Croatie, Slovaquie, Hongrie et Italie du Nord ont partagé sur leur façon de vivre la crise du Covid-19 dans un esprit de soutien réciproque. A la fin, l’évêque Wilhelm Krautwaschl a remercié les participants pour leur exemple de communauté internationale et conclu ainsi : « Par la croix, nous sommes unis les uns aux autres malgré toutes nos différences et nos séparations ».

Allemagne

L’YMCA d’Esslingen-Stuttgart s’attendait à une participation majoritairement locale pour une rencontre de prière. Comme celle-ci est devenue un événement en ligne, s’y sont aussi joints les amis d’Ensemble pour l’Europe d’autres Mouvements de plusieurs villes d’Allemagne, d’Italie et des Pays-Bas. Pour eux tous, la soirée est devenue une véritable expérience « d’Ensemble ».

France

En France, il y a eu 34 points de connexion, à Paris, Lyon, Strasbourg, Toulouse et Tours, formant ainsi un réseau national qui a montré les diversités entre les groupes et en même temps une grande appréciation réciproque. Gérard Testard (Efesia) a encouragé chacun à rendre « la voix française » de plus en plus présente en Europe. Un des participants a conclu ainsi : « C’était un moment de fraternité et de confiance dans l’Europe, qui nous a tous remplis d’une nouvelle espérance ».

Beatriz Lauenroth

Les événements seront encore disponibles en ligne dans les prochains jours sur :

Italie : facebook.com/Insiemepereuropa.roma>>
Amsterdam : facebook schuman centre>>

 

Jeunes en responsabilité

Jeunes en responsabilité

L’Europe pour l’avenir – L’avenir de l’Europe. František Talíř a 27 ans et son enthousiasme est contagieux quand il parle de démocratie et de réformes.

« Depuis 1989, nous avons senti la brise fraîche de la démocratie et de la liberté en République Tchèque et en Slovaquie. L’adhésion à l’Union Européenne, les voyages et le travail à l’étranger sont maintenant la norme. Mais les pays de l’ancien bloc de l’Est se distinguent de l’Europe de l’Ouest par leur mentalité et leur culture. Vivre ensemble, c’est encore marcher sur la corde raide et maintenant, le Covid-19 nous montre que nos privilèges ne sont pas du tout évidents. »

František est historien et très actif en politique. Aux dernières élections, son parti l’a nommé candidat au Parlement européen à Bruxelles et, pour les prochaines élections régionales, il est le candidat principal de l’Union Démocratique Chrétienne de Slovaquie.

« Nous les jeunes en particulier, nous devons nous intéresser à l’actualité en Europe et dans le monde et prendre l’initiative, par exemple pour aller aux urnes ou adhérer à un parti. Ce n’est pas la démocratie qui doit changer, mais les personnes qui donnent forme à la démocratie. » C’est un long processus, reconnait František, mais il est important de commencer par soi-même et de ne pas chercher à faire porter la responsabilité sur les autres. « Le ‘’Fridays for Future’’, je n’y souscrirais certes pas totalement, mais les jeunes signalent un problème et parviennent à faire réagir des personnes de toutes les générations. »

František conseille aux personnes de prendre conscience de leurs racines pour donner un avenir à l’Europe. « J’ai lu les textes des Pères fondateurs de l’Europe. Adenauer, De Gasperi et Schuman ont eu plus de difficultés après la seconde guerre mondiale que nous n’en avons aujourd’hui. Pourtant, ensemble, ils ont fait de grandes choses. »

Beatriz Lauenroth

František Talíř était présent à la rencontre des ‘Amis de Ensemble pour l’Europe’ à Prague en 2018.

L’interview complète de Maria Motykova avec František Talíř peut être suivie (en tchèque, slovaque et allemand) sur : Podcast Europa per il futuro – Futuro per l’Europa

 

“Dialogue Europe en ligne” 9 mai 2020

“Dialogue Europe en ligne” 9 mai 2020

70 ans après la Déclaration de Robert Schuman et après 75 ans de paix en Europe, quel sera l’avenir ?

 9 mai 2020,  Journée de l’Europe,
de 14h à 16h,
aura lieu un “Dialogue Europe en ligne”,
à partir d’Utrecht/Pays-Bas
 

Après enregistrement sur //www.utrechtindialoog.nl/bijeenkomsten/europa/, vous recevrez un message électronique contenant un lien et un code d’accès pour participer. La participation est gratuite.

Langues : hollandais et anglais

L’Union Européenne, avec 513 millions d’habitants et une grande diversité de pays, cultures et identités, est un projet unique dans l’histoire du monde. C’est le plus grand projet de paix après la seconde guerre mondiale. Citons Robert Schuman : « La coopération et l’intégration européenne ne peuvent et ne doivent devenir une entreprise économique et technique. L’Europe a besoin d’une âme, de la connaissance de ses racines historiques et de sa responsabilité dans le présent et pour l’avenir, ainsi que d’une volonté politique au service du même idéal humain ». Il y a trente ans, la chute du mur de Berlin en 1989, événement plein de promesses qui nous a tous surpris, tant à l’Est qu’à l’Ouest, a provoqué une euphorie qui s’est répandue dans toute l’Europe : paix en Europe, pour tous !

En 2020, 70 ans après la Déclaration de Robert Schuman, nous réfléchirons sur la manière dont s’est développé ce projet humain et, surtout, sur la façon dont nous pouvons le poursuivre et l’améliorer. Nous échangerons sur la culture et les valeurs en Europe : comment affronter nos différences et qu’avons-nous en commun ? Quelles sont nos racines historiques ? Quel avenir voulons-nous pour l’Europe ? Quels sont les principaux défis qu’elle  a à relever ? Comment pouvons-nous travailler ensemble à une paix stable en Europe et quelles sont les valeurs indispensables pour y parvenir ? Nous répondrons à ces questions durant le dialogue en petits groupes de discussion.
Nous vous attendons !

Programme
14h 00 Introduction au sujet de façon interactive
14h 15 Vidéo de PAX : 4 scénarios futurs pour l’Europe en 2040
14h 20 Dialogue « autour de la table » … virtuelle ! (session parallèle avec discussions par groupes)
15h 20 Session plénière pour recueillir les résultats du dialogue

Ensemble pour l’Europe aux Pays-Bas soutient activement cette initiative, organisé par Pax voor vrede en Comité Europadag Utrecht.

Beatriz Lauenroth

Photos de personnes : ©Canva

Le défi d’aujourd’hui pour l’Europe

Le défi d’aujourd’hui pour l’Europe

Ensemble pour l’Europe en contact avec l’Union européenne et le Vatican

C’est un moment crucial dans l’histoire de l’Europe et de l’Union Européenne, qui demande la cohésion de tous les intéressés. C’est pour cette raison qu’Ensemble pour l’Europe a écrit aux présidents du Parlement européen, de la Commission européenne et du Conseil européen (David Sassoli, Ursula von der Leyen, Charles Michel) pour les remercier de leur travail et pour les soutenir dans leurs décisions pour lutter contre le Covid-19.

Dans la même lettre envoyée aux trois responsables, il est dit entre autres : « Toutefois, surtout en ce moment, nous voulons nous engager et prier pour l’ensemble et pour la solidarité en Europe. Nous sommes convaincus que l’avenir de l’Europe – et du monde – réside dans l’ENSEMBLE. Maintenant encore, l’Europe peut en donner l’exemple. Et au milieu des immenses défis imposés par la pandémie du Covid-19, nous vous demandons de ne pas oublier les réfugiés et les demandeurs d’asile aux frontières de l’Union Européenne. Nous vous demandons d’adopter promptement des mesures généreuses pour aider et – dans la mesure du possible – accueillir ces personnes. »

Une autre lettre a été envoyée au pape François. Le dimanche de Pâques, il avait expressément invité le monde à faire face ensemble à la pandémie. Le Comité Directeur d’Ensemble pour l’Europe a assuré le Saint-Père de son soutien et de son engagement. « Nous nous sentons particulièrement interpelés par votre appel spécial adressé à l’Union Européenne, un appel à trouver un juste chemin dans ce défi posé à notre époque, sachant bien que pourrait en dépendre ‘’non seulement son avenir, mais celui du monde entier’’ ». Et encore : « Votre appel ‘’à donner des preuves supplémentaires de solidarité en ayant recours à des solutions alternatives’’ rencontre notre profonde adhésion et notre engagement en de nombreux pays d’Europe. »

Beatriz Lauenroth

Photo Von der Leyen / Sassoli:  © European Union 2019 – Source: EP / CC BY  /
Photo Charles Michel:  Belgian Federal Government //premier.fgov.be/nl/biografie
Photo pape François: //www.korea.net/Francis: //www.korea.net/
Sur les pas des Pères Fondateurs

Sur les pas des Pères Fondateurs

23 février 2020 : Journée intergénérationnelle à Bruxelles. 51 Européens – jeunes et adultes – de deux Communautés du réseau Ensemble pour l’Europe lors d’un “voyage commun à la découverte” des lieux emblématiques.

Marie-Agnès Grenier nous écrit de Bruxelles :

« Suite à une demande de Pierpaolo de la Communauté Pape Jean XXIII – nous l’avons connu à Ottmaring pour le vingtième anniversaire d’Ensemble pour l’Europe – Philippe et moi nous sommes mis à leur disposition pour rendre service à un groupe de jeunes et d’adultes (51 personnes) de toute l’Europe qui souhaitaient visiter notre ville. Malgré la pluie et le froid, nous avons pu faire découvrir à nos nouveaux amis quelques aspects de la réalité européenne que l’on perçoit dans la capitale belge.

Quand nous avons visité le Parlement, par exemple, nous avons suivi les différentes étapes de l’intégration européenne, appris le fonctionnement du Parlement européen et mieux compris le travail accompli par les députés pour faire face aux problèmes actuels. On a vu la complexité d’une telle structure et compris à quel point a été fondamentale l’intuition des Pères Fondateurs de l’Union Européenne, qui consistait à construire des rapports nouveaux de collaboration et de confiance entre les différentes nations européennes.

Nous sommes allés ensuite sur la Grand-Place, le centre historique de Bruxelles. Au cours des siècles, elle a été un lieu de rencontres politiques, de procès dans les tribunaux, de fêtes culturelles et religieuses et même d’exécutions.

A la fin de la journée, nous étions enivrés de toute cette richesse historique. Mais avant tout, nous avons senti que les liens entre le Mouvement des Focolari et la Communauté Pape Jean XXIII s’étaient renforcés : nous nous sentions une unique famille. Ensemble, nous avons donné vie à une petite expression de l’Union Européenne. »

Beatriz Lauenroth

Photo: ©Matteo Santini; Photo Planetarium: Wikipedia

« C’était comme Pâques »

Larisa Musina, chrétienne orthodoxe de Moscou, pro-directrice de l’Institut d’éducation Saint Filaret, a participé à la célébration du 20ème anniversaire d’Ensemble pour l’Europe à Augsbourg/Allemagne en novembre dernier. Elle représentait « Orthodoxe Transfiguration Brotherhood ».

Au cours du congrès, on a rappelé la signature historique de la « Déclaration conjointe sur la doctrine de la justification » du 31.10.1999, le jour de la naissance du réseau œcuménique Ensemble pour l’Europe, l’une des réponses concrètes à la soif d’unité du peuple chrétien.

Nous vous présentons ici des extraits d’un article-interview d’Oleg Glogolev à Larisa Musina dès son retour à Moscou.

« L’évêque luthérien Christian Krause, l’un des deux signataires de la Déclaration en 1999, a assisté à la rencontre de cette année. Il était alors Président de la Fédération Luthérienne Mondiale. Il a dit deux choses importantes. La première, c’est que le chemin vers la Déclaration n’a pas été facile. Il a fallu beaucoup d’efforts pour terminer le XXème siècle sans laisser aux générations futures une division aussi importante. La seconde est qu’il a témoigné d’apprécier beaucoup le travail des Mouvements et des Communautés ecclésiales.

Ce dialogue et les processus associés trouvent leur origine et se développent dans la logique du renouveau de la vie ecclésiale. Il s’agit de maintenir l’authenticité de l’Église chrétienne en développant sa capacité à réaliser sa vocation première dans le monde. Il est intéressant de noter que cette initiative a été prise principalement par les mouvements ecclésiastiques ».

Larisa s’exprime ainsi lors de la soirée solennelle de clôture : « Le soir, nous avons prié ensemble dans l’église luthérienne Sant’Anna, l’église où la Déclaration a été signée. Puis, avec les bougies allumées, nous sommes allés sur la place voisine. Nous avons remercié Dieu pour ses dons, y compris le don de l’unité des chrétiens, où de nombreuses personnes ont donné leur témoignage. Puis, toujours avec les bougies allumées, nous nous sommes dirigés vers la ville. C’était come Pâques. »

Avec la lumière du Ressuscité dans le cœur, les participants sont retournés dans leur pays apporter Dieu au peuple.

Par Beatriz Lauenroth

Source: //psmb.ru/a/eto-bylo-kak-na-paskhu.html

 

 

La splendeur de l’Europe, ce sont ses peuples

Préparer le terrain pour la réconciliation

Walter Kriechbaum est pasteur évangélique et secrétaire des YMCA de Munich (Allemagne). Son cœur bat pour l’Europe et il veut vivre la réconciliation. C’est pourquoi il cultive des amitiés en Pologne et en Ukraine au sein du réseau international et œcuménique Ensemble pour l’Europe.

« En tant qu’Allemand, je me trouve souvent face aux cruautés de l’histoire, au cours de mes voyages en Europe de l’Est. Une fois, avec mes amis polonais, je me suis retrouvé sans voix à Loutsk (Ukraine), sur des lieux de commémoration, là où des milliers de Polonais furent cruellement assassinés et, une autre fois, dans un cimetière, au milieu d’un des plus grands champs de bataille de la seconde guerre mondiale. Mes amis m’ont alors demandé de prier pour les morts, en tant qu’Allemand et que membre de l’Église évangélique, pour demander le pardon et la paix pour nos peuples d’Europe. » Walter Kriechbaum a compris que vivre ensemble la réconciliation peut signifier, entre autres, parcourir le chemin de la désolation avec les autres en faisant siennes leurs souffrances. La réconciliation œcuménique implique d’être attentifs aux dons des autres et de susciter l’espace qui leur permettra de les développer. Pour Walter, la souffrance due à l’unité non encore complète semble être une semence pour l’avenir.

La réconciliation ne réclame pas de représentation proportionnelle

Munich 2016 : durant une prière œcuménique pour l’unité de l’Europe, que Polonais et Allemands avaient préparée ensemble, vingt Russes entre soudain dans l’église. Sur le moment, Walter, qui préside la prière avec un ami polonais, ne sait pas comment gérer cette situation inattendue. Puis il demande à une des personnes du groupe russe de s’avancer et d’apporter sa contribution à la prière. Catholiques, protestants, membres des Églises libres et orthodoxes russes reçoivent à la fin la bénédiction donnée par un prêtre polonais du mouvement de Schoenstatt. Walter : « J’ai appris que la réconciliation œcuménique ne demande ni la proportionnalité, ni de reconnaître qui a raison. Jésus-Christ habite dans le cœur de l’autre et, de façon surprenante, fait en sorte que la différence devienne un complément sans être effacée ».

La réconciliation a besoin de confiance

Au cours de ses nombreux voyages à travers l’Europe de l’Est, Walter continue à construire un réseau d’amitiés : « Mais cela demande patience et persévérance. Il faut souvent des années pour que la méfiance disparaisse. J’ai compris que l’expérience œcuménique ‘’de frontière’’ signifie se sentir proches et lointains en même temps et supporter cette tension. Si nous tournons tous notre regard vers Jésus, une proximité intérieure se développe lentement. Elle ne peut pas être forcée, c’est une œuvre de Dieu ». Pour Walter, la confiance réciproque qui en découle fait que l’on peut parler et crée une liberté intérieure.

La réconciliation demande le détachement

« La réconciliation et la concorde œcuméniques ne peuvent être organisées – dit Walter – nous devons chaque fois être détachés et entrer à nouveau dans le kairos de Dieu. Lui seul connaît le juste moment. » Assurément, on peut ouvrir la route à cette attitude. « Ensemble nous réussirons à faire resplendir l’Europe. Sa splendeur, ce sont ses peuples qui sont en chemin vers la réconciliation. » Walter en est convaincu et, chaque jour, vit pour cela.

Beatriz Lauenroth

 

La mairie d’Augsbourg – un lieu historique

Les 20 ans d’Ensemble pour l’Europe, du 7 au 9 novembre 2019, à Ottmaring et à Augsbourg

En 2019, Ensemble pour l’Europe revient en Allemagne, au Centre œcuménique d’Ottmaring / Augsbourg, là où son histoire a débuté en 1999. Des responsables et des représentants de divers Mouvements et Communautés catholiques, protestants, anglicans, des Églises libres et orthodoxes se réunissent au niveau européen pour faire le point de la situation et se tourner vers l’avenir.

Le vendredi 8 novembre, une réception officielle pour les « Amis d’Ensemble pour l’Europe » est prévue à la mairie d’Augsbourg. C’est dans ce lieu historique que la ville veut honorer l’initiative internationale.

La « Salle d’or »

Le cœur de l’hôtel de ville d’Augsbourg est la « Salle d’or », construite entre 1615 et 1620 par Elias Holl. Avec ses portails imposants, ses fresques et son magnifique plafond à caissons, la « Salle d’or » était déjà au moment de sa construction un fleuron de la décoration artistique d’intérieur. La salle doit son nom aux riches ornements dorés qui en décorent l’intérieur.

Prix de la Paix d’Augsbourg – gagnants du prix interconfessionnel

Dans cette salle, en 1998, le jour de la fête de la Paix d’Augsbourg, Chiara Lubich a reçu ce prix pour la paix en raison de son engagement au niveau mondial dans le domaine de l’œcuménisme. Ce prix, qui existe depuis 1985, rend hommage à des personnalités qui ont apporté une contribution particulière à la coexistence ouverte et pacifique des cultures et des religions. Il a été attribué entre autres au rabbin Levinson, au pape Schenuda III de l’Église copte, à l’ancien président fédéral allemand Richard von Weizsäcker et à l’ancien chef d’État de l’URSS, Mikhail Gorbatchev. En 2017, cette prestigieuse reconnaissance a été remise au Secrétaire général de la Fédération luthérienne mondiale, Martin Junge.

« Oberer Fletz »

A l’étage situé sous la « Salle d’or » se trouve le célèbre « Oberer Fletz » – une salle au style caractéristique – où se tient le conseil municipal d’Augsbourg les jours ouvrables. C’est là que, le 9 novembre, se réuniront les participants au congrès annuel des « Amis d’Ensemble pour l’Europe ».

Beatriz Lauenroth